NEWSYOUNG
Now Reading:

Augmentation abusive des tarifs de la RATP : indifférence générale

Augmentation abusive des tarifs de la RATP : indifférence générale

Au premier coup d’œil, l’histoire peut s’apparenter à un fait divers et ne pas présenter de réel intérêt. Cependant, les détails peuvent être parfois bien plus révélateurs des dysfonctionnements et des abus au sein de la société que les grandes affaires retentissantes, et même parfois facteurs d’autant plus d’injustice qu’ils sont peu relayés par les médias. Accrochez vous car ce qui va suivre sera dépourvu de formidables rebondissements ou de découvertes scandaleuses, mais en dépit de certains aspects techniques et/ou ennuyeux, le sujet constitue une source sûre de réflexion et même d’indignation pour la majorité d’entre nous.

Tout part comme bien souvent d’un petit changement en apparence anodin. Fin avril 2014, Mme C se rend à la station de tram Belvédère de la ligne T2 à Suresnes pour acheter un carnet de 10 tickets « combinés » (c’est-à-dire des tickets qui permettent de prendre la ligne T2 et d’effectuer en plus une correspondance dans Paris). Le prix habituel de ce carnet de 10 tickets est de 21,20 €. Hors, en ce beau jour d’avril, stupeur : non seulement Mme C ne peut acheter un carnet de 10 tickets, la machine ne lui proposant que des achats de tickets à l’unité avec une limite d’achat de 9 tickets, mais ces 9 tickets ne sont disponibles qu’au prix de 37,80 €.

Si l’on fait un calcul rapide, on se rend donc compte que l’on passe de 10 tickets à 21,20 € à 9 tickets à 37,80 €, soit un passage de prix unitaire d’un ticket de 2,12 € à 4,2 €.

Serait-ce la machine du tram qui serait déréglée, et donc à l’origine du problème ? Mme C se rend un peu plus loin, à l’arrêt de tram T2 de Puteaux cette fois-ci, et constate les mêmes incohérences. La machine en elle-même est donc hors de cause. Mme C observe en revanche que l’on peut acheter des tickets « combinés » de train –et non de tram- au guichet SNCF pour le tarif habituel et bien par carnet de 10. La situation est assez ubuesque : si un résident de Puteaux par exemple décide de se rendre dans Paris, le prix de son trajet va varier de 2,12 € à 4,2 € selon s’il choisit de prendre le train ou le tram (et questions rapidité, confort et fréquence, aucun de ces deux modes de transport ne l’emporte franchement sur l’autre).

Le problème ne semble concerner que le tram, et donc la RATP. Mme C poursuit encore son enquête et se rend compte qu’il est possible d’acheter des carnets de 10 tickets  au guichet RATP de Paris au prix cette fois de 33,60 €. Certes, 10 tickets à 33,60 € restent préférables à 9 tickets à 37,80 €, mais les prix accusent tout de même une hausse de plus de 58% !

Mme C décide de réagir : la hausse des tickets est importante et pénalise tous ceux qui, non dotés d’un Pass Navigo, sont dépendants des tickets pour se rendre dans Paris en transport, c’est-à-dire notamment les jeunes qui ne sont pas encore étudiants, les retraités, les parents au foyer… La tendance actuelle est à vanter la démarche éco-citoyenne en valorisant les transports en commun, mais faire payer plus de 4 € aux usagers pour une simple liaison entre Paris et une ville de proche banlieue comme Suresnes (qui est à seulement 10 km), c’est une forme d’encouragement pour le moins originale.

Un premier mail de la RATP en réponse aux questions de Mme C impute la hausse des tarifs à une demande du STIF (Syndicat des Transports en Ile-de-France) afin que ces tarifs RATP soient « homogène[s] avec [ceux de] la SNCF ». Cette justification perd de sa solidité dès lors qu’on considère que les prix de la SNCF n’ont seulement pas bougé, mais sont de plus largement inférieurs à ceux de la RATP. L’interlocuteur de Mme C conclut de plus sa défense par un professionnel « Je ne peux vous apporter d’explication concernant l’écart de prix entre la RATP et la SNCF ». Aucune explication, soit, mais aucun souci non plus de trouver cette explication.

Suite à cette réponse peu satisfaisante, Mme C décide de contacter le STIF pour obtenir confirmation de leur hypothétique demande de hausse des tarifs, et pour s’indigner du caractère relativement abusif -58% on le rappelle- de cette hausse. Le STIF proteste aussitôt, après un délai de deux semaines tout de même, de sa bonne foi en assurant n’avoir jamais demandé cette augmentation des tarifs à la RATP. Il propose même à Mme C d’adresser un courrier à la RATP pour demander un remboursement de l’écart. A priori, si le STIF propose un dédommagement, c’est bien que la hausse des prix n’avait pas lieu d’être et n’est qu’une erreur. L’organisme s’engage de plus à contacter la RATP pour signaler le problème et le corriger.

Fin de l’histoire ? Cela serait considérer avec trop d’optimiste la capacité d’un service public à réagir rapidement à une difficulté. Le 1er juin 2014, Mme C retourne vérifier à la station Belvédère du T2 et constate que les prix n’ont pas changé. Le jour même, la RATP répond à ses nouvelles sollicitations en disant vouloir « enlever la vente des automates [du tram]« , identifiés comme une des causes du problème, mais sans pouvoir donner de date précise quant au changement de ces machines, ni prévoir d’éventuelles mesures d’information des usagers et de remboursement en attendant.

Car oui, la RATP était informée qu’il y avait hausse anormale et excessive (je le répète une dernière fois, 58% !) de ses tarifs sur une ligne de tram très fréquentée et concernant donc un grand nombre d’usagers, et rien n’a été fait pour prévenir cet abus. Comment appeler le fait de savoir que les usagers paient plus qu’il n’est réglementaire pour un service qu’on leur offre, tout en laissant faire volontairement cette injustice ? Comment considérer un service public qui non seulement apprend l’existence d’une erreur tarifaire par ses propres consommateurs et non par le biais d’un contrôle interne rigoureux, mais qui de plus qui préfère faire la sourde oreille, répondre à côté ou se renvoyer indéfiniment la balle avec une autre autorité sur la responsabilité de cette erreur, plutôt que d’agir immédiatement pour soit y fournir une justification rationnelle soit tout mettre en oeuvre pour la corriger ?

La bataille de Mme C n’est pas finie. Elle a décidé de contacter il y a peu une association de consommateurs, la FNAUT, qui s’est indignée à juste titre des tarifs pratiqués par la RATP.  L’histoire démontre également que si nous sommes toujours si prompts à craindre l’influence des groupes de pression et à les associer à des formes de corruption diverses et variées, les associations de consommateurs sont des groupes de pression et donc des moyens non négligeables de faire valoir les intérêts de la société civile –ici les usagers abusés- face aux abus du privé comme du public.

La morale de cette histoire pourrait être : restez vigilants, soyez à l’affût des injustices autour de vous, aussi minimes soient-elles. Mobilisez-vous, n’hésitez pas à protester, à creuser, à ne pas lâcher l’affaire, comme Mme C, même si cela peut paraître décourageant.

Share This Articles
Written by

Etudiante en troisième année à Sciences Po Lille

1 comment

  • Pierrot92150

    Bonjour,

    De retour de congés début de septembre et n’ayant pas pris les transports durant l’été, j’ai fait exactement le même constat. J’habite à Suresnes et prend régulièrement tram T2 à la station Suresnes-Longchamps pour me rendre à Paris en prenant le RER à La Défense. Avant l’été 2014, je prenais 10 tickets O/D pour 27.6 euros à la borne automatique de la station de tram. Aujourd’hui, cela est impossible. Il faut prendre un ticket+ pour aller à La Défense (13.7 euros les 10) et un ticket O/D pour prendre le RER de La Défense à Paris (21.2 euros les 10) soit un total de 36.9 euros (au lieu de 27.6 euros) et donc une augmentation de 33% pour le même trajet !!!
    J’ai contacté la RATP qui m’a indiqué avoir procédé à la suppression des automates de la vente de ticket O/D depuis le T2 vers Paris et réciproquement à la demande du STIF afin, je cite, de « permettre aux clients de bénéficier du tarif le plus juste selon le trajet emprunté ». Pour ma part, c’est raté !!! ; )

Répondre à Pierrot92150 Cancel Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.