NEWSYOUNG
Now Reading:

[BENIN] : Le souvenir du 16 janvier 1977

[BENIN] : Le souvenir du 16 janvier 1977

Le 16 janvier 1977 alors que la révolution marxiste prenait ses assises, un coup de force a été orchestré depuis l’extérieur contre le régime Mathieu Kérékou. Un putsch manqué qui a connu plusieurs martyrs.  Trente neuf ans après, les béninois se rappellent de ces héros qui se sont battus pour la patrie.

Ce jour là, un aéronef non programmé atterrit à l’Aéroport international de Cotonou avec à son bord des mercenaires. Une fois descendue de l’appareil, ces passagers armés de fusils de guerre  assez perfectionnés ont aussitôt pris le contrôle des points stratégiques de la ville.

L’objectif était de s’emparer rapidement du Palais de la Présidence de la République, principale cible. Mais suite à l’appel du Lieutenant Colonel Mathieu Kérékou, Président du Comité Central du Parti de la Révolution Populaire du Bénin, Président de la République, les populations de Cotonou, voire de l’intérieur du pays sont sorties nombreuses, hérissant des barricades pour combattre les agresseurs.

Appel à la mobilisation de Mathieu Kérékou

Militantes et militants de la Révolution populaire du Bénin

Ainsi donc, un groupe de mercenaires à la solde de l’impérialisme international aux abois, a déclenché depuis ce matin à l’aube une agression armée contre le peuple béni­nois héroïque et sa révolution démocratique et populaire en attaquant la ville de Cotonou. A l’heure où nous vous par­lons, nos unités de combat sont à pied d’œuvre et défen­dent avec un acharnement ré­volutionnaire les points stra­tégiques de notre ville agres­sée. Nul doute que nous vain­crons car notre cause est juste et notre peuple intrépide est invincible. En conséquence, chaque mili­tante et militant de la Révolu­tion béninoise où qu’il se trouve, doit se considérer et se comporter comme un sol­dat au front, engagé dans un combat sacré pour sauver la patrie en danger. Nous lançons un appel patrio­tique aux Cdr et à toutes les instances locales de notre Ré­volution démocratique et po­pulaire pour qu’ils dévelop­pent et renforcent la riposte massive aux ennemis du peu­ple béninois.

La Révolution ou la Mort !

Mort aux Mercenaires !

Mort aux traites !

Prêt pour la Révolution et la lutte continue !

Au Palais de la Marina, Mathieu Kérékou et la Garde Républicaine épaulée par  des soldats de l’Armée nord-coréenne – venus à Cotonou dans le cadre de la coopération militaire entre les deux pays – ont opposé une riposte terrible aux agresseurs dirigés par le français Bob Denard.

La riposte militaire a été telle qu’après plus de deux heures de combat le Dc7 a précipitamment décollé de l’aéroport, laissant des mercenaires, des cadavres, des matériels de guerre ainsi que des documents précieux qui donnent d’amples détails sur les commanditaires.

Sept béninois dont six militaires et un civil ont péri. En l’honneur de ces sept martyrs, qui ont eu droit à des obsèques nationales le mardi 1er février 1977, un monument a été érigé : le monument de la Place des Martyrs. Il a été réalisé avec l’appui de la République de Corée et a été inauguré le 16 janvier 1979.

39 ans après, les plus jeunes ne se rappellent pas forcément de l’agression du 16 Janvier 1977 ; mais ceux qui s’en souviennent leur rendent hommage à travers le dépôt de gerbes, chaque année, à la place du Souvenir. Un vestige incarnant la victoire de ces soldats morts en sauvant la patrie.

Crédit photo : Dvermeirre

Share This Articles
Written by

Journaliste - Présentateur. Accro à Football Manager.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.