Salut ! Salut !

[Bénin] : Rejet du projet de révision constitutionnelle

International / Politique / Récents / 6 avril 2017

Réunis ce mardi 04 Avril 2017 au parlement, les députés de la 7ème législature ont rejeté le projet de révision de la constitution initié par le président Patrice Talon.

Trois voix pour tout changer

Le 24 mars dernier, c’est à l’unanimité que les élus du peuple avaient rejeté le projet de révision en urgence de la constitution. Cette fois, c’est sur le projet de révision constitutionnelle que l’assemblée nationale a mis son veto.

Comme le prévoit la constitution, il fallait un vote des trois quarts des parlementaires, soit 63 voix pour que ce projet passe. Au final, 60 députés ont voté pour, 22 contre et seulement une abstention. Un revers pour le chef de l’Etat dont le projet de révision de la constitution faisait parti de son projet de société lors de l’élection présidentielle de 2016.

Rejet du projet de révision constitutionnelle

Vote du projet de révision constitutionnelle ©I. KINKIN

Le texte proposé par le président Talon prévoyait, entre autres, un mandat unique de six ans pour le chef de l‘État, la création d’une Cour des comptes et le financement public des partis politiques. Ce texte interdisait également la détention provisoire et la garde à vue pour les ministres en fonction ainsi que pour le président en fonction ou pas. Ces différents points n’étaient d’ailleurs pas partagés par certaines organisations politiques, syndicales et par des membres de la société civile.

« Les gens ne veulent pas écouter la population. (…) On ne peut pas prendre le risque d’envoyer en procédure d’urgence, un tel texte qui n’a pas reçu l’aval de la population », a déclaré Dieudonné Lokossou, ancien secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin.

« Tous les députés ont reçu de l’argent pour voter »

Rosine Soglo a affirmé que certains de ses collègues ont reçu de l’argent pour faire passer ce projet.

« Tant que moi je serai là, çà ne passera pas comme ça ici. Ce que les collègues ne savent pas c’est que le peuple est souverain… Un achat massif des consciences, je comprends que c’est ça qui prend le dessus, pour corrompre et voter. Les quelques millions que nous avons reçus, alors taisons-nous et votons et n’en parlons plus. Je ne peux pas mentir, j’ai reçu de l’argent, vous n’allez pas me dire le contraire. Je suis prête à voter la constitution mais pour le moment c’est non », a laissé entendre la doyenne d’âge du parlement.

Suite à ses propos et à l’issue du vote, les présidents de cinq groupes parlementaires ont demandé au député Rosine Soglo de présenter des excuses publiques à l’Assemblée pour ses affirmations sans preuve. Ce à quoi elle s’est opposée.

Le président Patrice Talon essayera sans doute de jouer la dernière carte qui s’offre à lui : celle du référendum.


Étiquettes : , , ,



Fawaz Bello
Journaliste - Présentateur. Accro à Football Manager.




Previous Post

Révision constitutionnelle au Bénin : Les points qui fâchent

Next Post

La lecture augmentée, l’avenir du livre ?





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

Révision constitutionnelle au Bénin : Les points qui fâchent

Le projet de révision de la constitution était l’un des arguments de campagne de Patrice Talon mais depuis plusieurs...

4 April 2017
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter