NEWSYOUNG
Now Reading:

Boko Haram sème la terreur au Nigéria

Boko Haram sème la terreur au Nigéria

Le 14 avril dernier, 276 jeunes nigériennes étaient enlevées dans leur lycée à Chibok, au Nord-Est du Nigéria, sans que ce rapt ne soit revendiqué. Ce lundi 5 mai, c’est le groupe terroriste et islamiste Boko Haram qui a revendiqué cet enlèvement massif dans une vidéo longue de 57 minutes, dans laquelle Abubakar Shekau (le leader de Boko Haram), y déclare avoir enlevé les jeunes filles « au nom d’Allah » afin de les rendre esclaves. Si une cinquantaine de jeunes filles avaient réussi à s’échapper, les autres semblent avoir été transportées en dehors du territoire national, sûrement vers le Tchad et le Cameroun, où elles auraient été vendues 12 $ chacune, alors qu’on apprend aujourd’hui que 8 autres jeunes filles ont elles aussi été kidnappées.

Ce n’est pas la première fois que Boko Haram s’en prend à des lycéens. Depuis 2009, le groupe multiplie les attaques au Nigéria, s’en prenant notamment aux chrétiens, comme le 24 décembre 2011 où des dizaines de nigérians avaient trouvé la mort dans des attaques à la bombe à la sortie de la messe de Noël. Plus récemment, en février 2014, c’est le lycée de Buni Yadi, toujours au Nord-Est du pays, qui avait été incendié, tuant 43 jeunes âgés de 11 à 18 ans.

Le groupe islamiste Boko Haram contrôle le Nord-Est du Nigéria, et son influence ne cesse de s’étendre.

Fondé en 2002 par Mohamed Yousuf (arrêté en 2009), l’organisation terroriste, qui signifie « l’éducation occidentale est un pêché » en langue haoussa, a pour but de renverser le gouvernement et d’installer au Nigéria – pays le plus peuplé d’Afrique – un état islamique régit par la charia. Principalement installé au Nord-Est du pays, Boko Haram interdit aux musulmans de prendre part à toute activité politique ou sociale liée à la culture occidentale, comme par porter un ensemble chemise/pantalon ou aller voter aux élections. Ainsi, selon les membres de cette organisation, le pays est gouverné par des non-croyants qu’il faut renverser.

Le 30 avril, les nigérians sont sortis dans les rues réclamant au gouvernement qu'il leur "rendent leurs filles", enlevées depuis le 14 avril. 5 jours plus tard, Boko Haram revendiquera l'enlèvement

Le 30 avril, les nigérians sont sortis dans les rues,réclamant au gouvernement qu’il leur « rende leurs filles », enlevées depuis le 14 avril. 5 jours plus tard, Boko Haram revendiquera l’enlèvement. source AFP

Le pouvoir nigérian quant à lui reste impuissant face au développement de Boko Haram. Goodluck Jonathan, le président, a demandé de l’aide à ses voisins, mais aussi aux Etats-Unis dont il espère une intervention armée. Cette impuissance suscite la colère de la population, qui reprocha à l’Etat de ne pas prendre de mesures efficaces. Diverses manifestations ont eu lieu à Abuja (la capitale) ou encore à Lagos (capitale économique du pays). Des contestations ont même vu le jour à New-York, où la communauté nigérienne demande aux Etats-Unis une intervention rapide.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.