NEWSYOUNG
Now Reading:

Bruno Le Maire publie sa lettre « À nos enfants »

Bruno Le Maire publie sa lettre « À nos enfants »

Nicolas Sarkozy peut être rassuré, Bruno Le Maire n’écrit pas « des livres en allemand que personne ne comprend ». Après « Jours de pouvoir » (Gallimard) en 2013, Bruno Le Maire a publié une lettre destinée « A nos enfants » dans laquelle le député de l’Eure, candidat à la présidence de l’UMP, revient sur ses origines, son amour pour la France et, bien entendu, sa volonté de bousculer la classe politique.

La profession de foi d’un « Français de la vieille France qui veut en inventer une nouvelle. »

C’est « sous le coup de la colère » que Bruno Le Maire a rédigé cette lettre à ses quatre enfants de « trois, six, douze et quatorze ans ». « Colère devant les difficultés de mes compatriotes, colère devant le rabaissement de la France, colère devant le départ pour l’étranger de tous ces jeunes qui désespèrent de notre pays. » L’homme politique ne mâche pas ses mots. Il souhaite avant tout exprimer sa vision de la France, telle qu’il la voit chaque semaine au cours de ses multiples visites.

Depuis deux ans, l’ancien ministre de l’Agriculture a effectué plus de 200 déplacements. Il aime la France, ses villes, ses campagnes, ses territoires. « Le plus reculé était pour moi le meilleur ; le plus sauvage, immédiatement le plus familier ». Il relate toutes ces rencontres avec des paysans qui souffrent, des chefs d’entreprise qui n’y arrivent plus, des travailleurs usés par la crise : « Soixante heures par semaine, je travaille ! Soixante heures ! Pour sortir quoi ? Mille euros par mois. Tout ce travail et mille euros : vous imaginez ? » .

Il évoque aussi  ses échanges avec ces jeunes « pleins d’ingéniosité, de savoir-faire, de créativité, et qui demandent seulement la valorisation de leur talent ». Il dit vouloir « construire une nouvelle France avec eux ».

Dans cette lettre « très personnelle »,caractérisée par des allures autobiographiques, Bruno Le Maire, passé par Normale Sup et l’ENA, déclare son amour pour la langue française « elle vous rassemblera, comme elle rassemble tous les français ». Sa grand-mère avait pour habitude de lui déclarer : « lire c’est être libre ».

Il retient de son passé de diplomate que le temps de la colonisation est fini « Il faut juste nous habituer à ce que sur nos mappemondes, ne se trouve plus inscrit sur les terres du sud de la Méditerranée, comme du temps de Pascal, Barbarie, en lettres noires sur fond sable, mais le nom de partenaires dont les compétences approchent ou dépassent les nôtres ».

Passionné d’histoire, il parle de la guerre, de la Résistance, de son grand-père prisonnier en Allemagne, et demande à ses enfants de toujours penser « à ces jeunes de vingt ans qui sont morts fusillés ou pendus à la hâte dans les rues de Tulle pour avoir refusé le silence ». Il insiste sur les mots du Général de Gaulle « Quand la France agonise, ses enfants se doivent de la sauver ».

« Campagne terne, victoire terne, nouveau Président terne »

La petite pique à François Hollande ne passe pas inaperçue. L’homme politique revient, non sans recul, sur la défaite de son parti à la présidentielle de 2012 « la vraie raison est ailleurs : nous ne savions pas avec assez de fermeté où nous voulions emmener la France ». Bruno Le Maire prône désormais le renouveau dans la classe politique, thème phare de sa campagne pour l’élection à la présidence de l’UMP au mois de novembre… en attendant 2017.  

 

« A nos enfants », Gallimard, 136 pages, 9€

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.