NEWSYOUNG
Now Reading:

Catastrophe ferrovière à Brétigny-sur-Orge : du point de vue des habitants

Catastrophe ferrovière à Brétigny-sur-Orge : du point de vue des habitants

17h13. L’heure à laquelle le désormais fameux train Corail Paris-Limoges a déraillé à la gare de Brétigny-sur-Orge, ville sans histoire mais qui malgré elle va rester dans les annales. Bilan? On compte aujourd’hui six morts et plusieurs dizaines de blessés. La gare, elle, est partiellement détruite, et les habitants de Brétigny-sur-Orge, appelés les « Bretignolais », sont sous le choc.

Plusieurs morts et de nombreux blessés sont à déplorer après la catastrophe. AFP

Une catastrophe ferroviaire. Chose qui n’avait pas eu lieu depuis l’accident de la Gare de Lyon en 1988. Mais c’est quand même arrivé. Six morts et quelques soixante blessés, dû à l’accident de train dans la gare de Brétigny-Sur-Orge, « Brétigny » ou bien « Bret » pour les intimes. Un drame qui touche le pays tout entier, mais qui touche également les habitants de Brétigny sur Orge ainsi que ses alentours.

17h45. La circulation routière aux alentours de la gare de Brétigny est complètement bouchée, une masse de population se rend vers la gare de la ville (à pieds, forcément), tous le visage inquiet, triste, de peur que parmi les victimes il y ait des proches. Les camions de pompiers, les camions de CRS se réunissent en masse autour de la gare, Boulevard de la République plus précisément. Des hélicoptères survolent la ville, les journalistes arrivent petit à petit. Sur les chaines d’info en continu s’enchainent interventions du député de l’Essonne, du maire de Brétigny ainsi que des adjoints. Toutes des têtes connues des habitants Brétignolais, mais en même temps, c’est une petite ville, presque tout le monde se connait. L’émotion est telle que l’on constate un grand silence dans la rue. Mais les esprits s’échauffent, les tensions entre les CRS et les habitants augmentent. Mais c’est tellement rare, pour une ville inconnue du public, pour leur ville, qu’elle soit au centre de toutes les informations, toutes les attentions. François Hollande arrive. Vu l’ampleur de l’accident, ce n’est que normal qu’il se rende sur les lieux. Et surtout, la ville de Brétigny-sur-Orge, il la connait déjà. Les images de la gare quasi-détruite sortent peu à peu, les différentes voies (précisément les voies 2 et 4) n’existent plus. Les escaliers pour accéder à ces voies sont occupés par des débris et quelques morceaux du train en question.

Cette gare qui a rassemblé tant de monde, qui était le centre de cette ville, et qui est désormais partiellement détruite, laisse maintenant derrière elle le fantôme de cette horrible journée, de toutes ces victimes et de ces blessés, et se retrouve au centre de toutes les attentions et chaînes d’infos, mais pas pour la raison qu’elle espérait. La réaction des habitants de cette ville est unanime, tous sont tristes, choqués, traumatisés de voir leur ville, leur gare, dans un état pareil. Ce samedi 13 juillet, beaucoup se rendront à la gare de Brétigny munis de bougies en hommage aux victimes. L’émotion est là, et elle restera présente pour un long moment. Parole d’une Brétignolaise.

Les images de la catastrophe. AFP

Photos provenants de l’AFP.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.