NEWSYOUNG
Now Reading:

César 2013 : une cérémonie en éveil

César 2013 : une cérémonie en éveil

Comme une fois par an un beau soir de février, la grande famille du cinéma français s’est réunie lors de, cette année, la 38ème cérémonie des César du cinéma animée par Antoine de Caunes et présidée par Jamel Debbouze. Et, en cette année 2013, on a pu sentir comme un renouveau, une bouffée d’air frais sur le spectacle.

« Adapter : un droit pour tous, et pas seulement pour les couples hétérosexuels ! » Antoine de Caunes.

La cérémonie commence bien en vie, avec une introduction de Jamel Debbouze qui reprend le fameux discours « Moi Président » de François Hollande, donnant le ton sur la cérémonie. S’en suit alors une vidéo parodique avec Antoine de Caunes sur tous les films nommés (Camille Redouble, De Rouille et d’Os, Cloclo..) et faisant référence aux différentes polémiques de ces derniers temps liées au cinéma. Mais l’humoriste n’en termine pas là. Des chorégraphies, des sketchs en rapport avec l’actualité, taclant les acteurs d’Amour sur leur vieillesse, jouant au téléphone rouge avec le « Président » Debbouze, et tout ça sous le rire communicatif d’Omar Sy. On peut noter également un petit « hommage » inattendu… aux lasagnes, avec l’arrivée en grandes pompes sur scène d’un cheval.

« Ça fait des années que je me traîne un arabe et un nain »  Franck Gastambide

Manu Payet coincé dans le sol aidé par Kevin Costner, Marina Foïs pensant encore à l’édition 2012, les Kairas faisant des tours de trottinette, la Marseillaise chantée par des Russes (hommage à Gérard Depardieu oblige), et bien-sur, comme à chaque cérémonie où il participe, l’ancien humoriste de Nulle Part Ailleurs donne le numéro de téléphone fixe de son acolyte de toujours, José Garcia (au passage, c’était le numéro de la fédération parisienne du Front National). Vu également, François Damiens provoquant Jamel Debbouze, Omar Sy qui arrive sur scène le corps dansant, ou bien Vincent Trintignant essayant d’appeler son père, en vain, Jean-Louis Trintignant qui venait de recevoir le prix du meilleur acteur (même si la scène était drôle malgré lui).

Comme le président Jamel Debbouze l’a dit, on peut le dire, c’était « l’une des meilleures cérémonie que l’on ai jamais eu », avant d’envoyer le magnéto des films nommés pour le César du meilleur film, tout en laissant un petit commentaire personnel sur chaque long-métrage.

Cela est vrai, la 38ème édition de la Cérémonie des César s’est éveillée par rapport aux années précédentes, même si le dynamisme d’Antoine de Caunes est présent depuis neuf ans maintenant. Mais comme il se le murmure un peu partout, il est possible que Laurent Lafitte, qui lui a joliment perdu ses mots lorsqu’il était sur scène, prenne sa place d’animateur l’an prochain.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.