NEWSYOUNG
Now Reading:

[Cinéma] « Tirez la langue, Mademoiselle »

[Cinéma] « Tirez la langue, Mademoiselle »

Date de sortie : 4 septembre 2013 Réalisé par : Axelle ROPERT

Genre : Comédie dramatique Nationalité : Française

Avec : Louise Bourgoin, Cedric Kahn, Laurent Stocker, Paula Denis, Serge, Bozon…

De quoi ça parle ?

Ça parle de deux frères, médecins généralistes exerçant ensemble au cœur du 13ème arrondissement de Paris, un quartier filmé ici comme un village dont l’âme serait accueillante. Un jour, ils sont amenés à soigner une petite fille, Alice, diabétique, que sa mère Judith élève seule. Et de cette rencontre avec Judith, la vie de chacun en sortira changée.

tirezlalangue FRERES

Pourquoi suis-je allée le voir ?

  • Pour le titre qui m’a interpellé, comme une invitation à rendre mon propre diagnostic
  • Pour Laurent Stocker, acteur français et sociétaire de la Comédie Française, pour son jeu impeccable de vérité et ses choix justes d’interprétation
  • Pour choisir un film plus discret dans le tourbillon des films et des productions bruyantes

Et alors ?

La caméra de la réalisatrice – Axelle Ropert également critique de cinéma – nous laisse voir une humanité bienveillante avec ces personnages attachants. Louise Bourgoin offre une palette mélancolique (inattendue pour ma part) ainsi qu’une présence lumineuse (mais ça, je le savais déjà).

Au détour de scènes où les diagnostics se veulent rassurants et où les médecins excellent à accompagner leurs patients bien plus qu’à rédiger des feuilles de soin, des questions tout sauf anodines sont abordées sans ambiguïté et avec élégance :

Qu’attendre de la vie ? Qu’est-ce que « ne pas être à la hauteur » ?

Axelle Ropert traite d’amour. D’amour fraternel, d’amour entre un homme et une femme, d’amour entre une mère et son enfant, d’amour impossible, de mal d’amour et de désamour.

Une scène ?

Pourquoi une seule ? D’abord, la scène de ces deux adolescents échangeant leurs points de vue de patients à propos de ces frères médecins. La vérité sort-elle de la bouche des post-enfants ?

Ensuite, la première scène de cette réunion tardive où se rend l’un des deux frères. Parce qu’on touche vraiment à l’humain sans tomber dans les clichés.

tirezlalangue declaration

Y’a pas de mais ?

Quelques longueurs, 1h42 tout de même, et une, voire deux déclarations d’amour ratées qui m’ont ramenée à ma honteuse adolescence. Mais, je dis bien « mais », il faut bien laisser du temps à une belle histoire pour s’installer, n’est-ce pas ?

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.