NEWSYOUNG
Now Reading:

Conseil Supérieur de l’Education : les lycéens préparent l’alternative

Conseil Supérieur de l’Education : les lycéens préparent l’alternative

Les 17 et 18 janvier derniers se réunissaient les membres du Syndicat Général des Lycéens (SGL), à Meudon en région parisienne, lors du Forum de la Démocratie Lycéenne (FDL), dans l’objectif d’échanger à propos de leurs conceptions respectives du lycées, de leurs idées pour l’améliorer. Newsyoung était présent au rassemblement, l’occasion pour nous d’entrer dans le monde (trop) peu connu de la démocratie lycéenne.

Des instances consultatives

La démocratie lycéenne s’organise autour de plusieurs instances, en grande majorité consultatives, et ce à plusieurs échelles. A l’échelle du lycée, les lycéens élisent des élus au Conseil de Vie Lycéenne (CVL), qui eux-mêmes élisent leurs élus au Conseil Académique de la Vie Lycéenne (CAVL). Puis ces élus CAVL élisent leurs représentants à la plus haute échelle, celle du CNVL, le Conseil National de la Vie Lycéenne. Et l’une des forces de ce forum est d’avoir rassemblé en un même lieu des élus de toutes les échelles, et venant de toute la France. Selon Eliott Nouaille, Président du Syndicat Général des Lycéens : « le SGL est représenté au Conseil National de la Vie Lycéenne avec plus d’1/3 des sièges , et nos revendications sont portées désormais dans plus d’une quarantaine de départements par des lycéens motivés et convaincus. Cette force qui nous anime et qui nous permet de réaliser des « exploits » auxquels personne ne croyait nous a poussé à organiser un Forum de la Démocratie Lycéenne, proposition formulée en Juillet dernier. Véritable temps d’échange et de rencontre, nous avons pu poursuivre nos travaux et notre volonté de bouger l’éducation. C’est pour ces raisons que les futurs projets du SGL vont continuer en ce sens… « 

Changer la perception du lycée

Le FDL, c’est donc bien sûr l’occasion pour ces jeunes engagés de débattre et d’échanger autour de leurs idées, qui convergent tous dans un sens : le progrès. Tous se déclarent progressistes, mais chacun possède des enjeux qui lui tiennent vraiment à coeur. Ainsi, pour Lou Curien, élue CAVL à Clermont-Ferrand, le plus important reste de « mettre l’élève au cœur du système, que l’on soit des êtres humains avant d’être des machines de travail », ce qui se traduit entre autres pour elle par une réforme des rythmes scolaires, une réduction des effectifs des classes, et par un encouragement des jeunes à s’impliquer dans des activités extra-scolaires : « trop peu de jeunes font du sport, trop peu sont investi dans la vie citoyenne ».

L’occasion également d’aborder des thèmes un peu plus polémiques qui touchent les lycéens et l’éducation, tels que l’établissement ou non d’un service militaire ou civique obligatoire. Et même si la question continue de faire débat de manière interne, le SGL se positionne sur la question : « Le SGL se prononce contre l’instauration d’un service civique obligatoire… c’est un oxymore! On apprend à devenir citoyen parce qu’on veut contribuer à la vie de la société, on n’est pas contraint à l’être. En revanche, il faut que les jeunes aient la possibilité de découvrir l’engagement citoyen. Pour cela, nous proposons qu’à travers la mesure annoncée de créer un « parcours citoyen » rattaché au parcours scolaire, celui-ci permette aux jeunes de pratiquer les mêmes activités qu’un service civique », déclare Eliott, son Président. Enfin, ce FDl fut le théâtre d’une table ronde en présence du Délégué National à la Vie Lycéenne, Ali Rabeh, nommé en décembre dernier par Najat Vallaud-Belkacem (ici au centre de l’image) :

L’enjeu du CSE

Mais au-delà de toutes ces instances, qui ne sont que consultatives, existe le Conseil Supérieur de l’Education (CSE).  Celui-ci représente la seule instance décisionnelle à laquelle des lycéens peuvent, et doivent, siéger. Et ces sièges, au nombre de trois, seront justement renouvelés à la mi-avril prochain, c’est pourquoi les différents syndicats ont d’ores et déjà lancé leur campagne. Ainsi, le SGL présente trois listes, et le FDL fut également l’occasion pour le syndicat de présenter les différents candidats à ses militants réunis pour l’occasion. L’enjeu du CSE se concentre réellement dans son caractère décisionnel, à l’heure où les autres instances sont critiquées pour leur inefficacité, victime de leur caractère uniquement consultatif. Et force est de constater que les candidats au CSE sont animés d’une réelle volonté de changer les choses, de faire évoluer le lycée, et à fortiori l’éducation nationale, dans un sens positif. A l’image de Lou, tête de liste CSE pour le SGL, qui déclare que « si le CSE m’intéresse c’est pour son expérience humaine, la communication avec des lycéens de toute la France et j’ai vraiment la motivation, une sincère volonté de consacrer une grande partie de mon temps à cette cause commune qu’est notre éducation, ne pas rester simple spectatrice de mes années lycées! » Ne pas rester simple spectateur de l’éducation, mais oeuvrer pour la faire évoluer, c’est un point que l’on retrouve aussi dans les motivations d’Eliott, également tête d’une des trois listes SGL, qui déclare que sa principale attente de cette mandature CSE reste de « montrer que le chemin n’est pas tracé d’avance. Si ce sont les mêmes qui siègent au CSE depuis des années, nous comptons créer la surprise. Nous voulons oser, proposer et imposer enfin l’alternative lycéenne. » Et cette année, le SGL est plus qu’en passe de gagner le CSE, porté justement par cette volonté de changer l’ordre imposé ces dernières années, pour améliorer les conditions de travail des lycéens, et réellement transformer le lycée en un lieu de vie (ce qui est loin d’être acquis aujourd’hui). Ainsi, sommes-nous en passe de voir émerger de nouvelles politiques éducatives, portées par cette « alternative lycéenne » ? L’avenir nous le dira, mais dans tous les cas, force est de constater que la volonté de ces lycéens engagés est bel et bien au rendez-vous.

Share This Articles
Written by

Etudiant à Sciences Po Paris, et en Droit à Paris II - Panthéon Assas. J'aime la politique, l'économie, le droit, la philosophie, et tout ce qui peut me permettre de comprendre un peu mieux ce qui se passe dans notre monde qui tourne de moins en moins rond.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.