NEWSYOUNG
Now Reading:

Crise dans la « planète » Bitcoin

Crise dans la « planète » Bitcoin

Le Bitcoin vit sa première crise d’envergure. Cette monnaie virtuelle que l’on s’arrache depuis quelques mois est en proie à des difficultés et a vu son cours s’effondrer. La chute a notamment été précipitée par la fermeture de l’une des plus importantes plate-formes d’échange de Bitcoin, le nippon MtGox.

La bulle Bitcoin serait en passe de se dégonfler. En effet, dans la nuit de lundi à mardi, MtGox a totalement cessé de fonctionner. Cette fermeture arrive en réalité quelques semaines après la suspension des transactions ; les internautes détenteurs de la monnaie n’avaient plus accès à leur argent depuis le 7 Février pour cause de « bug informatique », bien que la sécurité de leur monnaie fût encore assurée. Depuis cette date, la valeur d’un Bitcoin côté chez MtGox a dégringolé.

coindesk-bpi-chart-1

A 1h du matin, heure française, ce mardi 25 Février, un Bitcoin côté par MtGox ne valait plus que 120 dollars, contre 536 dollars sur l’index CoinDesk. Il n’est pas inutile de rappeler qu’en Janvier, la monnaie virtuelle s’échangeait à plus de 900 dollars et que fin Novembre 2013, elle avait même atteint les 1200 dollars, dépassant ainsi le cours de l’or.

Selon le document « Crisis Strategy Draft » circulant sur Internet depuis lundi soir, cette fermeture serait liée à la volatilisation de plus de 350 millions de dollars, ou plus exactement, de 744.408 BTC – soit 6% des 12,44 millions en circulation. Un piratage dû à une faille dans le système informatique et qui aurait lieu depuis plusieurs années serait à l’origine de cette perte.

Ces « difficultés » ont ainsi déclenché un mouvement de panique sur les autres plate-formes et parmi les investisseurs. Selon plusieurs économistes, si la confiance de ces derniers n’est pas rapidement retrouvée, il n’est pas impossible que les cours plongent jusqu’à disparition complète du Bitcoin ; à titre d’exemple, cette crise pourrait s’apparenter à celle connue par le secteur bancaire avec à la faillite de Lehman Brothers en Septembre 2008.

Aujourd’hui, le français Mark Karpèles, PDG de MtGox, est au cœur de cette tourmente. Ayant démissionné dimanche du conseil d’administration de la Bitcoin Foundation, l’organisation promouvant le Bitcoin dans le monde, il demeure introuvable. Par un communiqué, il a toutefois affirmé qu’il n’avait « pas jeté l’éponge », et que selon lui, les 744.408 BTC ne sont pas perdus, mais momentanément indisponibles.

Le principe même de cette e-monnaie étant le non-contrôle par les banques centrales, l’Agence de services financiers du Japon, chargée de la régulation, s’est donc déclarée impuissante face à cette situation, considérant que le contrôle et la surveillance des plate-formes des services numériques n’était pas de son ressort. Toutefois, à l’échelle internationale, c’est justement ce manque de régulation qui est pointé du doigt.

Le Bitcoin s’échange de gré à gré, virtuellement, et est un bon moyen pour « transférer des richesses sans être tributaire des vicissitudes politiques qui pèsent sur les monnaies traditionnelles », selon ses promoteurs. Cependant, cette apparente facilité d’échange peut porter préjudice à des investisseurs mal informés, comme l’illustre la possible insolvabilité de MtGox. Par ailleurs, la devise virtuelle est également utilisée pour blanchir de l’argent ou pour l’achat de drogues, expliquant ainsi sa mauvaise presse.

 

Share This Articles
Written by

Lycéenne. Dingue de finance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.