Salut ! Salut !

Cristiano Ronaldo Ballon d’Or : la victoire des paillettes

Sport / 13 janvier 2015

Si tout cinéphile attend la cérémonie des Oscars, un footeux qui se respecte ne pourra pas vous en dire autant du Ballon d’Or. Cérémonie annuelle récompensant les étoiles du ballon rond, cela fait déjà quelques années que les supporters de football suivent du coin de l’œil cette soirée, qui récompense désormais plus le football bankable que le football vrai. Retour sur les joueurs couronnés.

BALLON D’OR : CRISTIANO RONALDO

Cristiano Ronaldo a donc été élu lundi soir meilleur joueur de l’année 2014. Si ce titre ne doit rien au hasard, acquis grâce à une grosse soixantaine de buts inscrits en un an, après des heures passées à l’entraînement ou dans les salles de musculation, il n’en reste pas moins que CR7 n’a au final pas vraiment forcé cette saison. Son grand fait d’armes est finalement d’avoir (grandement) aidé le Real à remporter la Ligue des Champions. Sinon, CR7 a fait du Ronaldo. Si ce joueur est évidemment un extra-terreste qui marque des buts à chaque match joué, cela devient fatalement une habitude pour le supporter. A l’ouest, rien de nouveau. C’est pour ça qu’il aurait peut-être fallu se tourner vers l’est, vers l’Allemagne plus précisément la patrie de Manuel Neuer. C’était l’année ou jamais pour ce gardien qui a révolutionné son poste, montré l’étendue de sa technique et qui a arrêté des frappes fantastiques d’une seule main à la Coupe du Monde, compétition qui devrait primer, ne serait-ce qu’une fois tout les quatre ans. Ronaldo, lui, traînait son spleen sur les terrains brésiliens avant d’être éliminé au premier tour.

ENTRAÎNEUR DE L’ANNEE : JOACHIM LÖW

Le sélectionneur de l’Allemagne, championne du monde est récompensé de son grand travail étendu sur plusieurs années avec la Mannschaft. Souvent placé, jamais gagnante, il a fait de son Nationalelf une machine de guerre qui a taillé en pièces l’équipe du Brésil dans un Mondial qui lui était promis. Löw n’a maintenant qu’un seul objectif : remporter l’Euro l’année prochaine.

Carlo Ancelotti, entraîneur du Real est arrivé second, la beauté du football aurait voulu voir Diego Simeone, qui a emmené son Atletico et ses moyens (relativement) limités face aux cadors au titre en Espagne, et en finale de la Coupe d’Europe. Peut-être que le nom de son club ou son style défensif l’auront desservi ! La lutte s’annonce belle pour l’année prochaine.

EQUIPE DE L’ANNEE

En voici la composition : Neuer – Ramos, Silva, Luiz, Lahm – Iniesta, Kroos, Di Maria – Robben, Messi, Ronaldo

Cette équipe de l’année est très décriée. Thiago Silva et David Luiz, la paire qui s’en prend sept en demi du Mondial, et quatre de Bastia est ainsi consacrée comme la meilleure du monde. Il apparaissait impossible de les remplacer par Sergio Ramos et Diego Godin ? Andres Iniesta, sur le déclin aurait pu être remplacé par le guerrier Mascherano, voire le stratège Sweinsteiger. A vous de juger.

MEILLEURE JOUEUSE DE L’ANNEE : NADINE KESSLER

Nadine Kessler est la meilleure joueuse de l’année. Quitte à honorer l’Allemagne, autant le faire jusqu’au bout ! Son sacre peut apparaître logique vu la victoire de son équipe de Wolsburg en Ligue des Champions, et son titre de meilleure joueuse d’Europe. La Brésilienne Marta et ses cinq Ballons d’Or semblent avoir définitivement laissé passer leur chance tandis qu’Abby Wambach peut nourrir de gros regrets. N’ayez crainte, l’année prochaine, vous aurez déjà tout oublié du foot féminin. A moins qu’une Française sorte du lot durant le Mondial …

LE FLOP : LE COPINAGE

Si le Ballon d’Or s’est ouvert à tous en 2010, le capitaine de l’équipe d’Oman peut voter, cela donne désormais droit à des votes très étranges, d’autant plus qu’il est interdit de voter pour soi-même. C’est ce qui fait baisser la côte d’amour de ce trophée auprès des supporters. Ainsi Ronaldo a-t-il voté Sergio Ramos, qui finit dernier du classement de cette année. CR7 vote Real Madrid, Messi vote Argentine, Kompany (Belgique) vote pour ses compatriotes, les Français votent Benzema et les Suédois votent Ibrahimovic. Bref, ce sont les petites nations qui décident de l’attribution du Ballon d’Or, et puisque la Liga est bien plus diffusée que la Bundesliga…

Ce Ballon d’Or aura donc été le théâtre d’une lutte acharnée entre Espagne et Allemagne, comme bien souvent désormais avec le coup de mou des Anglais et la pataugeoire que représentent l’Italie et la France. Cette récompense ne signifie plus grand-chose avec le nouveau mode de scrutin mais n’empêchera pas les partisans de Ronaldo de défendre leur joueur préféré, puisqu’il est le meilleur joueur du monde, officiellement. Et si la beauté du football, elle était là ?


Étiquettes : , , , ,



Théophile Pedrola
Etudiant en information-communication|Rédacteur sur l'actualité sportive, sport-business




Previous Post

Marches Républicaines : Depuis le 7 janvier dernier la France vit au rythme de Charlie.

Next Post

Rencontre avec le tailleur Julien Scavini





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

Marches Républicaines : Depuis le 7 janvier dernier la France vit au rythme de Charlie.

Trois jours après les attaques terroristes qui ont frappé le pays, c’est une France unie et mobilisée pour un même...

12 January 2015
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter