NEWSYOUNG
Now Reading:

Des nouvelles du pays du Lotus Bleu…

Des nouvelles du pays du Lotus Bleu…

Ces derniers jours, qu’elle soit hexagonale ou internationale,  l’actualité ne laisse guère de place dans les médias concernant la situation politique à Hong-Kong. Afin de comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui semble être une nouvelle démonstration de force de Pékin en mer de Chine méridionale et orientale, il est nécessaire de faire un bref rappel historique.

Du fait de sa position géographique – en aval de la ville de Canton, seule ville de la Chine impériale à pouvoir commercer avec l’Europe, sur le delta de la rivière des Perles –, Hong-Kong devient rapidement un enjeu de convoitises. En 1842, après la Première guerre de l’Opium, la Chine cède ce territoire au Royaume-Uni pour une durée indéfinie dans le cadre du Traité de Nankin. Cependant, une cinquantaine d’années plus tard, en 1898, face aux velléités de la France et de l’Allemagne d’acquérir des concessions en Chine, le traité est renégocié et attribue aux britanniques un bail de 99 ans. Economiquement, la ville connaît un essor dans le domaine de la finance, et du commerce avec la Chine (autorisé par Deng Xiaoping, en 1979). En 1997, conformément aux traités en vigueur, une déclaration commune sino-britannique engage le Royaume-Uni à remettre à la Chine la souveraineté sur le territoire, en échange d’un engagement de Pékin concernant la préservation des systèmes économique et législatif hongkongais pendant une cinquantaine d’années. Hong-Kong devient une région administrative spéciale (RAS) chinoise. C’est la doctrine du « un pays, deux systèmes ».

Dans le cadre de cette particularité administrative, les hongkongais jouissent d’une liberté d’expression sans commune mesure avec celle des autres habitants de l’Empire du Milieu. Néanmoins, depuis quelques années, il semblerait que Pékin ait décidé de renforcer sa mainmise sur la ville. Ayant promis d’instaurer le suffrage universel en 2017, le régime entend bien limiter cette liberté en désignant deux ou trois candidats adoubés par le PCC (Parti Communiste Chinois). C’est pour protester contre cette réforme que le mouvement Occupy Central with Love and Peace (OCLP) a annoncé qu’il allait mener des actes de désobéissance civile, avec pour point d’orgue l’occupation de Central, le quartier d’affaires de Hong-Kong.

Le PCC ne semble pas prêt à entamer de négociations avec les forces pro-démocratiques et a même procédé à plusieurs arrestations parmi leurs membres. D’après certaines agences de presse, des chars chinois auraient été aperçus dans les rues du centre-ville…

Des nouvelles du pays du Lotus Bleu devraient parvenir à nos oreilles d’ici peu, si la situation n’évolue pas.

Share This Articles
Written by

Amateur inconditionnel de géopolitique. Lycéen de Terminale ES à temps partiel, dégonfleur de baudruches sur l'actualité internationale à temps plein.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.