NEWSYOUNG.FR
Now Reading:

Game of Thrones : la saison de trop ?

Game of Thrones : la saison de trop ?

[Attention spoilers]

La saison 5 a-t-elle été la saison de trop pour Game of Thrones ? Alors que le dixième et dernier épisode était diffusé dimanche soir aux Etats-Unis et disponible dès le lendemain en France, le moment semble venu de faire le point. On ne présente plus cette vaste épopée fantastique, qui sait si bien mêler action, frisson, politique, histoire et réflexion : entre 5 et 7 millions de téléspectateurs en moyenne par épisode pour les saisons 3 à 51, une pluie de récompenses dont le Golden Globes 2012 pour Peter Dinklage et une place dans le top 10 des meilleures séries télévisées de l’année 2013 selon l’American Film Institute Awards…

A titre personnel, j’aime à suivre les nombreuses intrigues entre les différents clans au sein de Westeros et les jeux de pouvoir. J’ai détesté Joffrey, plaint la famille Stark, été horrifiée devant l’épisode des noces pourpres. J’attendais avec impatience le fameux épisode 9 qui était toujours la promesse d’un renversement de situation spectaculaire.

Du récit au spectacle

Le spectaculaire. Voilà le carburant auquel marche la série. Un carburant d’excellente qualité sans nul doute car Game of Thrones est et demeure une des séries les plus regardées et les plus piratées de tous les temps. Mais ce spectaculaire, qui tient en haleine et fidélise des milliers de personnes et portait le show d’HBO loin au-dessus des autres, est devenu précisément la cause de son déclin. La saison 5 incarne cette usure, ce moment fatidique où une bonne vieille recette, reprise et usée jusqu’à la corde, ne prend plus. Et Game of Thrones de basculer dans la surenchère, la poudre aux yeux et le gratuit.

Ce basculement devient particulièrement visible dans les derniers épisodes 9 et 10 de la saison. Après un début de saison un peu lent à se mettre en place, les scénaristes ont sans doute voulu se rattraper en assurant le final : grandes batailles, meurtres sanglants, morts « choc » de personnages centraux… tout s’enchaîne sans répit pendant les deux dernières heures. Adieu réflexion fine, portrait de la vie politique et dialogues savoureux. Même les scènes les plus épiques, comme la bataille de Durlieu contre les Marcheurs Blancs ou la bataille entre l’armée de Stannis et celle des Bolton, ont perdu de leur saveur. Elles deviennent simple prétexte pour étaler les formidables moyens techniques de mise en scène et un nombre impressionnant de figurants. Il ne reste plus au spectateur qu’à assister, impuissant, à des scènes de violence infiniment longues, où l’hémoglobine gicle encore et encore sans rien apporter de plus au récit. Game of Thrones est devenu un spectacle auquel on assiste et non plus une histoire que l’on suit.

Perte des personnages et perte d’identité

Mais le point le plus décevant de cette saison reste la mort de certains personnages. L’auteur et à sa suite les scénaristes de Game of Thrones n’ont jamais hésité à supprimer des personnages emblématiques et/ou populaires (Ned Stark puis son fils Robb à titre d’exemple), et l’intérêt de la série s’est bâti sur cette réputation de férocité et d’impartialité. Chaque personnage semble constamment en sursis ce qui rend l’intrigue d’autant plus prenante. Mais ces morts frappantes, qui entraînent à chaque fois un concert de pleurs et récriminations de la part de fans indignés et éplorés, subissent elles aussi la loi de l’usure. Les deux derniers épisodes de la saison 5 apportent leur lot de morts importantes : la fille de Stannis Baratheon, Stannis lui-même, Myrcella, et surtout Jon Snow lors des ultimes minutes de l’ultime épisode.

Prenons comme exemple la mort (apparente) de Jon Snow. Sans être spécialement fan de ce personnage, qui était un des plus populaires de la série, il faut bien avouer que depuis deux saisons Jon prenait de l’envergure et devenait un élément central de l’intrigue, une personnalité intéressante qui lui donnait du souffle. Mais que reste-t-il d’une série et de son histoire lorsque ses grands personnages en sont retirés un par un ? La mort de Jon était peut être partie prenante de l’œuvre de Georges R. R. Martin et donc fidèle à l’esprit original de la saga, et pourtant je ne peux m’empêcher de la vivre comme un énième sacrifice sur l’autel du spectaculaire et du cliffhanger. La mort de tels personnages est frustrante car à peine se passionne-t-on pour leur histoire que déjà ils disparaissent. Pourquoi dans ce cas continuer à regarder une série, si ce n’est pour voir toutes ses promesses ambitieuses tuées dans l’œuf ?

Il ne s’agit pas de dire que la saison 5 de Game of Thrones est mauvaise. Elle reste intéressante et plaisante à regarder, avec des moments de bravoure comme l’affrontement dans les arènes de Meereen ou les dialogues Tyrion/Daenerys. Mais la série a perdu de son originalité, pour devenir une énième série fantastique un peu trash, avec juste plus de moyens que les autres. Une baisse de régime qui peut expliquer le très léger renversement d’assiduité des téléspectateurs : en effet pour la première fois depuis son commencement, la série réalise moins d’audience avec sa dernière saison qu’avec la précédente, puisque la saison 5 a attiré 6,7 millions de téléspectateurs par épisode en moyenne contre 6,8 millions pour la saison 41. Une baisse de chiffres infime, mais qui préfigure peut être une tendance durable.

Photo : MyTF1News

1 http://www.allocine.fr/series/ficheserie-7157/audiences/

Share This Articles
Written by

Etudiante en troisième année à Sciences Po Lille

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.