NEWSYOUNG.FR
Now Reading:

[INTERVIEW] 5 jeunes, 5 confessions, un tour du monde pour la paix religieuse.

[INTERVIEW] 5 jeunes, 5 confessions, un tour du monde pour la paix religieuse.

Ils sont 5, ils sont jeunes, ils sont différents, ils ont fait le tour du monde ! Samuel est catholique, Ilan est juif, Victor est athée, Ismaël est musulman, Josselin est agnostique, ensemble ils forment le groupe InterFaith Tour. Pendant 10 mois, ils ont parcouru la planète à la rencontre des initiatives de paix interreligieuse. Ils ont traversé une quarantaine de pays, rencontré plus de 400 initiatives pour défendre une cause : le vivre ensemble.

Inter Faith Tour est né du partenariat entre l’association Coexister, unique ONG interreligieuse pour les jeunes en France et le site de journalisme de solution Sparknews. Dans un monde où les conflits religieux (Israël – Palestine pour ne pas le nommer) s’exportent au monde entier, leur travail est novateur et porteur d’espoir.

C’est dans leur bureau du 16ème arrondissement que les 5 voyageurs m’ont accueillie. Crevés par leurs mois de vadrouille, ils n’en étaient pas moins très chaleureux et m’ont raconté leur folle année.

crédits photo http://interfaithtour.com

crédits photo http://interfaithtour.com

Samuel, toi qui es le fondateur de l’association Coexister, est-ce que tu peux nous raconter comment elle a vu le jour ?

En 2009, le conflit à Gaza a repris de l’ampleur, en France des cortèges de manifestants pro-israéliens et pro-palestiniens se sont affrontés gare du Nord. En réaction j’ai participé avec des jeunes à une grande manif pour la paix qui visait à dire non à l’importation du conflit israélo-palestinien en France. Ce n’était pas un « non » au soutien à telle ou telle population mais un « non » au fait qu’on importe un clivage qui est valable là-bas ici. De cette manifestation j’ai lancé un appel de don du sang, pour faire couler le sang pour la paix et non pas pour la guerre. 10 jeunes m’ont suivi pour monter ce premier groupe Coexister et peu à peu d’autres ont suivi l’initiative. Le 11 septembre il y a 5 ans, on a déposé les statuts pour faire de Coexister une vraie ONG. En fait Coexister à 5 ans aujourd’hui du point de vue légal.

Et Inter Faith Tour 4 ans après ?

Coexister avait 4 ans, on avait eu le temps de voir ce qu’il se passait en terme d’offre interreligieuse en France (Coexister est le seul mouvement interreligieux par les jeunes, pour les jeunes, avec les jeunes) et on s’est dit pourquoi ne pas regarder ce qui se passe autour du monde ? L’idée est partie de là et d’un ras-le-bol de voir que les médias parlent constamment des problèmes et qu’on ne prend pas suffisamment le temps d’évoquer les initiatives positives. Dans ce tour du monde, on a voulu d’un côté mettre les jeunes en avant autour de l’interreligieux et de l’autre trouver les bonnes initiatives, tu mixes tout ça et ça fait un tour du monde interculturel, interreligieux par des jeunes.

Dans l’une de vos vidéo sur Israël – Palestine, une phrase d’une femme m’a marquée : « Tous les actes de violence on les voit, on ne voit pas toutes les initiatives de paix. » Dans ces 2 pays, quelles sont les initiatives qui vous ont marquées ?

Notre but ce n’était pas de nier les problèmes énormes du Moyen-Orient mais de mettre en avant les personnes, les ONG qui font un boulot fabuleux ! Quand les gens regardent les infos ou écoutent la radio, ils ne sont au courant que des tragédies et pas des actions sociales de paix éducative. Les médias ne parlent pas par exemple de l’Interfaith Encounter qui est une initiative israélienne qui sur des projets éducatifs, sportifs ou d’actions sociales rassemble Arabes et Juifs. Nous avons aussi rencontré le Yala-Young Leaders qui rassemble les communautés sur les réseaux sociaux. On a également visité un hôpital israélien qui soigne les enfants palestiniens. Ce ne sont que des exemples, les actions sont multiples ! Au-delà de Israël – Palestine, on a voulu mettre en avant ces gens-là et ce n’est pas les initiatives qui ont manqué.

 

Vous êtes tous de confessions différentes et vous voyagez dans des zones où les tensions entre les religions sont fortes, les locaux ne trouvaient pas ça étrange ?

En fait c’était plus « l’athée » qui posait problème dans certaines régions. En Israël et en Palestine, l’athéisme n’était pas trop compris, les gens assimilant plutôt les européens à des chrétiens. Au Kenya on a eu des expériences assez marrantes. Les jeunes femmes chrétiennes d’une communauté que nous avons rencontré pensaient que je n’avais pas le droit de m’appeler Victor puisqu’il y avait un saint qui s’appelait Victor. Elles pensaient que je devrais m’appeler « arbre » ou « chaise », on avait fini par se mettre d’accord sur « buisson ardent ».

Au début de votre voyage lorsque vous étiez à Rome, vous avez passé 10 minutes avec le Pape François, vous pouvez nous raconter cette rencontre ?

On était en compagnie du cardinal Etchegaray, un homme très proche du pape et engagé dans l’interreligieux, il a tenu à nous faire visiter le Vatican et a organisé une rencontre avec le Pape ! Place Saint-Pierre, devant 120 000 personnes, au cours  d’une audience privée mais « publique » on a pu discuter avec lui. Il a eu un petit mot pour chacun d’entre nous à commencer par Ismaël, il lui a dit d’aller saluer ses amis musulmans à travers le monde. Il nous a aussi adressé un mot collectif :

« Je suis content que vous ayez accepté la compagnie d’un vieil homme (le cardinal Etchegaray) parce qu’il faut continuer l’interreligieux au côté de l’intergénérationnel, en effet c’est l’alliance entre la force de la jeunesse et l’expérience de l’âge qui vous permettra d’atteindre ensemble la vraie sagesse. »

 

Après 10 mois de tour du monde, les jeunes d’InterFaith Tour ont débuté 2 mois de tour de France pour donner plus de 90 conférences pour sensibiliser les jeunes aux questions interreligieuses. Le but de leur voyage autour du monde se poursuit en France : prouver que les différences sont une force, que la coexistence active mène à la paix.

InterFaith Tour est très actif sur les réseaux sociaux et dans les médias. Vous pouvez suivre leurs actualités sur leur site, sur twitter et sur facebook.

Share This Articles
Written by

Prenez une marmite de curiosité, ajoutez y une once d'esprit critique et une étudiante en journalisme. Mélangez le tout et vous obtiendrez quelques articles imparfaits mais où le cœur y est.

1 comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.