NEWSYOUNG
Now Reading:

Irlande: la naissance d’un nouveau parti politique

L’ancien ministre irlandais des Affaires Européennes, Lucinda Creighton, a déclaré lundi dernier la création d’un nouveau parti politique en Irlande, rajoutant ainsi un nouvel acteur dans la course aux élections parlementaires de 2016.

A l’instar de nombreux autres pays européens, l’Irlande présente aujourd’hui un paysage politique assez disparate. La coalition actuellement au pouvoir, le Fine Gael et le Labour Party, respectivement de centre droit et de gauche modérée, sont en très forte perte de vitesse, et ne parviennent pas à surmonter l’impopularité causée par la récente taxation de l’eau[1]. Le Fianna Fáil, ancien premier parti national, se retrouve avec environ dix pour cent des élus nationaux. Quant au Sinn Féin, mouvement de gauche qui avait bénéficié d’un fort soutien aux élections européennes de mai 2014, il se retrouve aujourd’hui empêtré dans des scandales politiques liés à des viols commis par des membres de l’IRA dans les années 90 et couverts alors par les responsables du parti. A ce jour, pas un seul parti ne bénéficie de plus de trente pour cent d’opinion favorable dans les sondages, quand les élus indépendants de tous bords approchent ce score à grand pas et envisagent, pour certains, de se regrouper en un parti à part entière.

Lucinda Creighton est actuellement l’une de ces indépendants. Ancien membre du gouvernement, elle s’est vue exclure du parti pour s’être opposée à l’assouplissement des lois anti-avortement en 2013, et a quitté le gouvernement dans le même temps. Vice-présidente du PPE (Parti Populaire Européen, actuellement majoritaire au Parlement Européen et à la Commission Européenne), elle se distingue de ses collègues du Daìl[2] par ses positions conservatrices, libérales et militaristes. Elle a annoncé lundi dernier qu’elle entendait lancer, d’ici au printemps prochain, un nouveau parti politique, qu’elle dirigerait avec John Leahy et Eddie Hobbs. Leurs principaux objectifs surfent sur l’évolution politique et économique du pays en situation de reprise économique, notamment avec un encouragement de l’entreprenariat et une forme de nationalisme social visant à éviter l’émigration forcée et à résoudre les problèmes des sans domicile fixes, deux sujets aujourd’hui en vogue au sein de la classe politique irlandaise.

En se positionnant de la sorte, Lucinda Creighton se veut être une alternative dans le paysage parlementaire irlandais. Elle profite du mouvement de refus des différents partis traditionnels du pays et bénéficierait déjà d’un mouvement de sympathie de la part des électeurs[3], bien qu’elle n’ait ni nom, ni programme pour sa formation. Pourtant, il semble difficile de croire que l’ancien ministre puisse présenter une orientation radicalement nouvelle pour le pays : malgré sa jeunesse (elle n’a que 34 ans), Lucinda Creighton a été membre d’un gouvernement relativement conservateur et peu enclin aux réformes, tout en étant vice-présidente du PPE depuis 2012. Cela lui confère donc à la fois un bagage politique fort et une importante part de responsabilité dans les dernières évolutions politiques de l’UE.  Cette contradiction avec sa volonté de renouveau politique empêche toute comparaison avec les organisations émergentes d’Espagne ou de Grèce, et ne fait de ce nouveau parti qu’un candidat supplémentaire pour le siège de Taoiseach, le Premier Ministre irlandais.

[1] Cf. http://newsyoung.fr/payer-leau-une-nouveaute-impopulaire-en-irlande/

[2]Parlement irlandais

[3]Selon un sondage IPSOS paru cette semaine, plus d’un pour cent des irlandais se disaient prêt à voter pour elles si les élections avaient lieu le lendemain.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.