NEWSYOUNG
Now Reading:

La nouvelle chanson chilienne, une musique chargée d’histoire

La nouvelle chanson chilienne, une musique chargée d’histoire

Ce que l’on appelle « nouvelle chanson chilienne » est une musique folklorique latino-américaine ; initiée par des musiciens engagés, elle a connu un fort succès, jusqu’en Europe. Les groupes les plus connus de ce mouvement sont toujours en activité aujourd’hui, suivis par une nouvelle génération d’artistes toute aussi soucieux de faire vivre cette musique populaire.

Loin d’être un effet de mode, la nouvelle musique chilienne a une histoire et un esprit ancré dans l’histoire politique du Chili depuis les années 1960. Il suffit pour le comprendre de se pencher sur le parcours de l’un de ces groupes, nommé Quilapayun, désormais connu à l’international et emblématique de ce mouvement.

Interprètes du célèbre chant « El Pueblo Unido jamas sera vencido », ces musiciens encore étudiants ont créé leur groupe de musique folklorique en 1964. Leurs mélodies sont directement inspirées de la musique andine traditionnelle, des chants mapuches et des instruments typiquement latino-américains (flûte de pan, charango, guitare, quena..). Mais c’est également le net engagement politique qui caractérise cette musique folklorique ; les artistes de Quilapayun, à l’instar d’un autre groupe Inti Illimani, étaient aussi des militants. Engagés aux côtés des travailleurs, présents dans les manifestations, ils œuvraient pour l’Unité Populaire qui amènerait le socialiste Salvador Allende au pouvoir en 1970.

C’est en 1968 que les Quilapayun présentent leur premier album, aux côté de Victor Jara* ; une production vigoureusement soutenue par la DICAP (Discoteca del Cantar Popular). Créée un an plus tôt par l’organisation des jeunesses communistes du Chili, cette maison de disques a soutenu plusieurs de ces groupes folkloriques. Il s’agissait d’élever cette culture populaire chilienne qui n’intéressait que très peu les maisons commerciales… En 1973, ses éditions représentent 30% du marché du disque chilien. Le succès de la DICAP, et des Quilapayun, est éclatant.

Quilapayun album

Dès le début, ce sont des textes engagés qui accompagnent la musique des Quilapayun et des Inti Illimani; ils mettent en musique les vers de Pablo Neruda (poète chilien engagé auprès du Parti Communiste et soutien d’Allende), écrivent des chansons en hommage à Simon Bolivar, au peuple des indiens mapuches, aux travailleurs chiliens, mais également des chansons dédiées au peuple Vietnamien au moment de la guerre. Sergio Ortega, autre artiste de ce même mouvement, compose notamment l’hymne de la campagne d’Allende, « vinceremos ». Très appréciés, les Quilapayun sont présents dans les années 1970 à de nombreux festivals et commencent des tournées internationales. Après la victoire de l’Unité Populaire, Salvador Allende nomme « Ambassadeur culturel du gouvernement chilien » ce groupe militant proche des milieux populaires et ancré dans le folklore latino-américain.

Le 11 septembre 1973, les Quilapayuns sont en tournée en France lorsqu’ils apprennent la tragique nouvelle du coup d’Etat de Pinochet et la mort d’Allende. Toujours aussi attachés à leur cause, ils resteront en Europe et continueront leur production engagée, notamment à Paris et à Madrid, où la DICAP continue à produire leurs œuvres censurées par le régime militaire. Il en est de même pour le groupe Inti Illimani qui, rapidement interdits de résidence au Chili, séjourneront longtemps en Italie. Leurs quinze ans d’exil sont marqués par de nombreuses tournées dans toute l’Europe ; des concerts sont donnés à l’Olympia de Paris, mais aussi en RDA et en URSS.

De retour au Chili depuis 1988, les Quilapayun ont désormais à leur actif 35 albums enregistrés et des tournées internationales dans plus de 40 pays. Toujours en activité, ces représentants de la nouvelle chanson chilienne continuent diffuser la culture andine, la culture populaire, mais aussi l’attachement à leur pays et leur idéal poitique.

Aujourd’hui, la nouvelle chanson chilienne connaît encore un fort succès ; nombreux sont les jeunes groupes qui reprennent les chants des Quilapayun, ceux des Inti Illimani... Mais qui produisent également de nouveaux chants dans la même lignée, tout aussi engagés. En effet, 40 ans après le coup d’Etat, les raisons de se mobiliser sont nombreuses pour la jeunesse et les artistes chiliens, et la « nouvelle musique chilienne » se fait toujours le relais des enjeux actuels.

Ainsi c’est parfois en musique que s’exprime la solidarité envers les étudiants, mobilisés depuis plus de trois ans contre la privatisation du système d’enseignement supérieur (car malgré les belles promesses de la candidate socialiste Michelle Bachelet, l’éducation publique et gratuite est encore loin dans un pays où le libéralisme a été imposé par la force). Toujours aussi ancrée dans le folklore, la nouvelle chanson chilienne se fait également le soutien de la cause des indiens mapuches, cette communauté aborigène du sud du Chili qui depuis des dizaines d’années réclame la restitution de leurs terres et se heurte à une violente répression policière.

La nouvelle musique chilienne continue ainsi son histoire au Chili, inséparable de l’engagement politique et des rêves qui animaient ces premiers créateurs. Une musique populaire, engagée et appréciée dont vous pouvez avoir avec ces extraits un aperçu :

Victor Jara

el aparecido”

Une chanson du groupe Inti Illimani , avec un texte de Victor Jara (lequel a également travaillé avec le groupe Quilapayun avec l’album « Por Vietnam »)

* : Solide soutient d’Allende et de l’Unité Populaire, Victor Jara était un artiste engagé et membre du Parti communiste chilien. Arrêté dès le 11 septembre 1973 lors du coup d’Etat, Victor Jara est emprisonné et torturé dans un stade de Santiago qui porte aujourd’hui son nom ; Et c’est après avoir eu les doigts coupés à la hache qu’il est assassiné le 15 septembre 1973.

https://www.youtube.com/watch?v=A8bpok8icAY

« Canto »

Imaginacion est un groupe récent crée en 2008 par six chiliens. S’inspirant directement des artistes de la nouvelle chanson chilienne, cette chanson exprime leur solidarité envers manifestations mapuches, des pêcheurs en grève et la mobilisation étudiante.

https://www.youtube.com/watch?v=NjjcVpHkofw

El pueblo unido jamas sera vencido”

Un des chants les plus célèbres des Quialpayun, composé avec Segio Ortega ; Un hymne à l’unité populaire chanté aujourd’hui bien au-delà des frontières chiliennes…

https://www.youtube.com/watch?v=ESFNdG_DpkE&list=PL597CD46173987A9C

Share This Articles
Written by

Étudiante à Science Po Paris, me voici au Chili un an d’échange universitaire. Mon projet : vous retranscrire la culture, l’histoire et les évènements du pays tel que je les perçois (en essayant toujours d’être la plus objective possible), pour que vous puissiez apprendre à mes côtés. D’autant plus que l’année s’annonce riche en évènements politiques : élections présidentielles, 40 ans du coup d’Etat, grèves étudiantes…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.