NEWSYOUNG
Now Reading:

La rentrée : un mauvais moment à passer ?

La rentrée : un mauvais moment à passer ?

Est-ce que la rentrée est un sujet de société ? Je veux dire, un sujet qui mérite que l’on s’y attarde ? Et d’abord, la rentrée c’est quoi ?

Rentrée : nom féminin. Action de rentrer : la rentrée des matelas de plage le soir au soleil couchant. // Action de reprendre ses fonctions, ses travaux après des vacances ou une absence : rentrée des classes, de newsyoung.fr // Recouvrement de fonds : rentrée difficile.

A en juger par la définition du Larousse (édition 1959), quelque peu réactualisée, oui, la rentrée est bel et bien un sujet de société dans la mesure où chacun reprend ses fonctions au sein même de cette société. A en juger par la date du jour, c‘est LE sujet du moment. Parce que chaque départ appelle à un retour, parce que tout a une fin, ou tout simplement, parce que pour repartir, il faut bien rentrer…

Bref la rentrée est un moment incontournable et incontourné. La vraie question étant « un con tourné peut-il faire volte-face et repartir en vacances ? ».

Pour vous, la rentrée ressemble à un dimanche soir de la Toussaint, nuit noir à 17h, température 0°, taux d’humidité supérieur à la normale, petit vent tournant et glaçant de Nord Est ? C’est un réveil en sursaut, les rails du métro qui crissent, un aller direct en enfer, AC/DC à fond après avoir passé l’été à écouter de vieux tubes brésiliens ?

Allez quoi, faites un effort. La rentrée peut ressembler à un vendredi soir de septembre plein de promesse, une nuit chaude, étoilée, sauvage, pleine d’inconnus (ou d’inconnues, c’est selon !), avec en bruit de fond, le ressac envoûtant d’une mer où la houle invite à la baignade. Allez hop, voici en exclusivité mondiale une liste non exhaustive des bonnes raisons de rentrer :

1) Pour découvrir le nouveau site newsyoung.fr, sa nouvelle ergonomie, ses sujets brûlants, ses rubriques trash, ses billets chocs, ses articles désopilants, ses accroches alléchantes, ses journalistes dynamiques et attachants

2) Pour apprécier pleinement la théorie de la relativité… Quoi ça, Einstein ?! Non, je m’explique. Retrouver la noirceur du monde… Quoi ça encore ?! Pas d’inquiétude, il ne s’agit en aucun cas de la reconquête du monde par des brunes désabusées par la supériorité numérique des blondes (supériorité numérique seulement, hein ! ça veut dire « plus nombreuses » pour les blondes qui nous lisent…). La noirceur du monde, c’est pour évoquer poétiquement ce qui ne l’est absolument pas : la guerre. C’est en effet grâce à cela que vous allez relativiser les vacances passées avec une famille à tuyau de poêle, ces vacances jugées « bof » car la mer est toujours plus bleue ailleurs… On se dit que finalement, les engueulades entre Oncle Bruno et Tata Sandrine au sujet de la garde de « AuLit », le chat tigré devant et blanc derrière, tenaient plus de l’opérette comique que de l’attaque chimique. Alors on se dit que oui c’était bien les vacances avec cette tribu atypique. En Syrie, ils aimeraient bien relativiser aussi. Et sûrement avoir une rentrée. Alors oui, il faut être enjoué de rentrer.

Bon ben voilà. Fin de la liste. Elle est courte, brève et concise. Comme une rentrée. On en parle beaucoup, longtemps et puis c’est vite passé, la rentrée. C’est comme un pansement qu’on tirerait d’un coup sec. L’idée stresse et agace un peu, mais une fois le court instant de douleur passé, on a oublié qu’on était revenu. Alors qu’en Syrie la douleur perdure.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.