NEWSYOUNG.FR
Now Reading:

L’Acouphène #2 | Anohni – Hopelessness

L’Acouphène #2 | Anohni – Hopelessness

Antony Hegarty, un nouveau nom et un nouvel album.

La chanteuse américaine (née en Angleterre) se réinvente pour son premier album solo qu’elle a publié le 6 mai sous le nom de Anohni. Ex-chanteuse de Antony And The Johnsons et 16 ans après la sortie de son premier album, Antony (ou Anohni, je ne sais plus comment l’appeler maintenant) sait toujours autant nous s
urprendre. Après ses collaborations avec Lou Reed, Boy George ou encore Björk, la voix douce, vibrante mais révoltée de l’artiste transgenre porte les paroles dont le monde a besoin, et cette fois-ci en solo.

anohni-compressed

« Hopelessness », annoncé en fin 2015, s’étend sur 11 morceaux dont un, 4 Degrees, avait déjà été publié le 29 novembre 2015 à l’occasion de la COP 21. Militante politique et environnementale, Anohni dénonce de nombreuses choses dans ses textes tous autant prenants et dramatiques les uns que les autres. Ici, Anohni assume sa part de complicité en tant qu’humaine, elle aspire à être honnête autant que possible et souligne dans une interview de début d’année qu’elle en avait « marre d’être en deuil pour l’humanité« .

En nous offrant de la pop moderne couverte de sa voix incomparable, Anohni quitte son univers austère pour des rythmes plus marqués et des mélodies toujours aussi intenses. Elle se sépare de l’ambiance mélancolique de ses anciens albums, du piano et des instruments à cordes pour aller vers des productions électroniques signées Hudson Mohawke et Oneohtrix Point Never. Ses albums précédents (Antony And The Johnsons, I am a bird now…) traitaient majoritairement des peurs personnelles d’Antony mais aussi de conflits émotionnels humains, tandis que ses 2 nouveaux titres dévoilés sur YouTube semblent déjà moins autobiographiques, tout en dénonçant avec conviction. Elle s’en prend à la guerre moderne, la violence, et appelle à la solidarité.

antony-hegarty

En effet, dans son ancien groupe Antony And The Johnsons, Anohni composait des titres très cinématographiques, puissants, aériens et lents dans lesquels elle se confessait, où elle accusait la discrimination, où elle criait fort son envie d’être libre, d’être égale aux autres. Elle était alors accompagnée de musiciens classiques pour produire des instrumentales avec piano, violon, violoncelle et autres instruments doux et somptueux. Dans son renouveau, Anohni repart sur des titres qui s’ouvrent à des thèmes plus larges, un ensemble plus vivant mais au final un peu trop pop et easy-listening. Il y a des claviers, des tambours et le tout est majoritairement produit sur ordinateur tandis que son travail antérieur était largement plus acoustique.

Actuellement en tournée, il vous sera possible de découvrir en concert ce phénomène embrasé au Philharmonie de Paris le 4 juillet à l’occasion du festival Days Off se déroulant du 30 juin au 10 juillet (avec Philip Glass, Cat Power, une expo nocturne The Velvet Underground et plus encore, largement de quoi s’en prendre une bonne claque).

Share This Articles
Written by

Etudiant en Info-Com à Avignon + animateur / régisseur / jongleur à Radio Campus Avignon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.