Salut ! Salut !

Le Marvel Cinematic Universe : une révolution pour le cinéma de divertissement

Culture / Récents / 26 septembre 2017

Aujourd’hui, difficile de ne jamais avoir entendu parler du Marvel Cinematic Universe – ou MCU – faisant désormais partie intégrante du paysage cinématographique mondial. Lancé en 2008 avec Iron Man, toutes les sorties de films depuis lors attirent toutes les attentions.
L’univers mis en place par Marvel Studios se compose actuellement de seize films et d’une dizaine de séries. Cela représente des centaines d’heures « super-héroïques » avec un nombre démesuré de personnages, d’intrigues et de sous-intrigues. Avec toutes ces œuvres connectées les unes aux autres, suivre le MCU n’est pas une mince affaire.


Le MCU représente tout simplement le plus grand projet cinématographique de toute l’histoire du cinéma. Si le fond peut être critiqué, nous ne pouvons en revanche qu’être admiratif sur la forme de cet univers. Il est bon de rappeler qu’avant Marvel, aucun autre studio n’avait eu l’ambition d’étaler une saga sur plus d’une vingtaine d’années. Le but n’était pas de créer une saga qui se composerait seulement de quelques épisodes qui se suivent, mais d’œuvres capable de vivre par elles-mêmes tout en faisant partie d’un univers commun avec d’autres. Nous devons l’élaboration de ce projet à Kevin Feige, qui serait ici le magicien sortant un lapin de son chapeau. Que nous le voulions ou non, le MCU a changé à jamais le visage du cinéma du divertissement. Pour le meilleur et pour le pire. À tel point que tous les studios hollywoodiens s’arrachent les cheveux pour – tout comme Marvel Studios – mettre en place leurs propres univers partagés. L’exemple le plus récent étant Universal avec le Dark Universe.

Avant de poursuivre dans le vif du sujet, je vous propose un petit récapitulatif des films et séries sortis à ce jour :
Iron Man (2008)
L’incroyable Hulk (2008)
Iron Man 2 (2010)
Thor (2011)
Captain America : First Avenger (2011)
The Avengers (2012)
Iron Man 3 (2013)
Les Agents du SHIELD (depuis 2013) – série TV
Thor : Le Monde des Ténèbres (2013)
Captain America : Le Soldat de l’Hiver (2014)
Les Gardiens de la Galaxie (2014)
Agent Carter (2015 et 2016) – série TV
Daredevil (2015) – série TV
Avengers : l’Ère d’Ultron (2015)
Ant-Man (2015)
Jessica Jones (depuis 2015) – série TV
Captain America : Civil War (2016)
Luke Cage (depuis 2016) – série TV
Doctor Strange (2016)
Iron Fist (2017) – série TV
Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 (2017)
Spider-Man : Homecoming (2017)
The Defenders (2017) – série TV

Et voici ce qui est prévu à l’avenir :
Les Inhumains (2017) – série TV
Thor : Ragnarok (2017)
Runaways (2017) – série TV
Black Panther (2018)
Avengers : Infinity War (2018)
Ant-Man & the Wasp (2018)
Le Punisher (2018) – série TV
Captain Marvel (2019)
Avengers 4 (2019)
Les Gardiens de la Galaxie Vol.3 (2020)

Ambitions

Bon alors concrètement, en quoi consiste le plan du MCU ? C’est simple ! En 2005, Marvel Studios se prépare à produire ses propres adaptations de films en les distribuant par le biais de Paramount Pictures. Avant cela, le studio avait de nombreux contrats de co-production pour des films de super-héros, notamment avec Colombia Pictures, New Line Cinema et un contrat de pas moins de sept ans avec la Century Fox. Marvel Studios – n’ayant pas bénéficié de ces arrangements financiers – a étendu ses recherches afin de pouvoir amplifier ses recettes, tout en maintenant le contrôle artistique de ses projets. Kevin Feige a fini par réaliser que s’il ne possédait pas les droits des X-MEN et de Spider-Man – licences détenues par Century Fox (pour les mutants) et Sony (pour le tisseur à toile) – Marvel avait quand même les droits des membres centraux des Vengeurs. Feige, grand fan de comics, a voulu réaliser son rêve d’enfant en créant un univers partagé, comme Stan Lee et Jack Kirby l’avait fait dans les comics au début des années 60. L’idée était de produire dans un premier temps un film sur chaque héros, avant de les réunir dans un seul et même « cross-over » (production qui regroupe des personnages dont les aventures se déroulent habituellement dans des films différents). Une idée ambitieuse, peut-être un peu trop.

D’un côté nous avons des films dédiés à un personnage en particulier, avec chacun sa propre histoire et ses enjeux qui lui sont propres. Tout ce beau monde est ensuite réuni dans Avengers qui est le point culminant de chaque sortie Marvel. Un plan qui semble être parfait sur le papier. Pourtant, il est parfois mis à mal avec l’intervention de certains personnages dans d’importants événements ayant lieu dans d’autres films. Pour autant, on arrive à s’y retrouver. C’est l’apparition des séries télévisées qui va installer la confusion chez les spectateurs, mais nous y reviendrons.

Malgré les critiques que cette saga peut subir, il serait totalement faux d’affirmer qu’il n’y a pas de scénario global dans le MCU. Il y en a un, distillé au compte-goutte et ce, depuis le premier Captain America via ces étranges objets – pouvant paraître insignifiant au premier abord – qu’on appelle les Pierres d’Infinité. Ces dernières sont très convoitées par un certain Thanos – le méchant ultime de l’univers Marvel.

Les différentes phases

Chaque film de l’univers se décompose en plusieurs phases. Ainsi, la Phase 1 a vu le jour avec Iron Man (2008) et s’est achevée avec Avengers (2012) – long-métrage qui représente la consécration de Marvel étant donné son succès critique et commercial. Il n’en a fallu pas plus au studio pour lancer la Phase 2 qui suit scénaristiquement les éléments mis en place dans la première. À mon sens, cette deuxième phase est beaucoup moins réussie mais elle renforce davantage l’aspect d’univers partagé. La deuxième phase débutera avec Iron Man 3 (2013) et se terminera avec Ant-Man (2015).

Après une première phase parfaitement maîtrisée et qui propulsa le MCU au sommet, le studio devait impérativement continuer de surfer sur le succès. Et à partir de là, Marvel Studios a commencé à éviter la prise de risque en se reposant sur ses lauriers. Sur six films, Marvel n’a donné que quatre suites : Iron Man 3, Thor 2, Captain America 2 et Avengers 2. Si Captain America : Le Soldat de l’Hiver offre une nouvelle impulsion au personnage de Steve Rogers tout en bousculant l’histoire du MCU avec la « disparition » (discutable, certes) du SHIELD et que Les Gardiens de la Galaxie connaît un succès incroyable, brisant les « codes » des Marvel traditionnels, la Phase 2 reste une déception avec un Avengers 2 absolument pas à la hauteur du premier et un Ant-Man plus que dispensable. Je n’ai d’ailleurs toujours pas compris pourquoi c’est ce film-là qui a conclu cette deuxième phase. Je trouve que cet opus ne présente aucun enjeu nécessaire pour la licence.

Marvel, conscient de ses erreurs, se doit de corriger le tir. La Phase 3 se présente ainsi sous le signe du renouveau. Et cela se sent. D’ailleurs, cette phase sera la plus longue du studio puisqu’elle sera composée de dix films. Parmi les quatre opus déjà sortis, il y a le cas Civil War : d’une part ce film conclu la saga Captain America et d’autre part, il diffère de toutes les précédentes productions du MCU. C’est ce Captain America 3 qui apporte en réalité une véritable conclusion à la Phase 2, en transformant comme jamais cet univers partagé.
Nous avons aussi Doctor Strange qui apporte clairement un vent de fraîcheur en introduisant notamment le concept de magie au sein du MCU. Pour le reste des films, il ne s’agira que de suites, de nouvelles licences et de reboots. Cette Phase 3 permet à Marvel de terminer les licences vieillissantes et d’en introduire des nouvelles. En somme, il s’agit d’une phase transitoire. Une sorte de passage de flambeau.

En attendant la sortie tant attendue du troisième Avengers, ce qui marque – aujourd’hui – cette Phase 3 est le retour du tisseur de toiles à la maison avec Spider-Man : Homecoming ! Un gros coup pour le studio. Devant le succès du MCU, Sony avait pour ambition de créer un « Spider-Verse », en produisant une multitude de suites à The Amazing Spider-Man ainsi que des spin-offs consacrés aux méchants. Mais après l’échec (relatif me direz-vous) de The Amazing Spider-Man 2, les choses ont commencé à sérieusement bouger. En 2015, lorsqu’un échange de mails entre Sony et Marvel est révélé, on apprend que les deux majors se mettent d’accord sur un partenariat visant à prêter le tisseur à Marvel Studios tandis que Sony financera le film et touchera la somme que ce nouvel opus rapportera au box-office. C’est de cette manière que Spidey a été intégré dans Civil War et que nous le voyons aujourd’hui dans ce film solo, le sixième (en quinze ans) consacré à l’Homme Araignée.

Revenons sur les éléments centraux sur lesquels les différentes Phase se construisent.

  • La Phase 1 se concentre sur le SHIELD :

Tout commence avec la sortie du film Iron Man, dans lequel aucune mention directe à l’univers partagé n’est faite. Pourtant, Marvel ne s’est pas empêché d’instaurer son univers par l’intermédiaire de certains clins d’œil. Avez-vous remarqué par exemple que le bouclier de Captain America est visible en arrière-plan dans l’une des scènes du film ? On saura plus tard dans le long-métrage qui lui est dédié que Rogers connaissait Howard Stark, le père de Tony, ce qui explique pourquoi le bouclier est présent dans le film qui démarre le MCU.

Ainsi, l’élément qui consolide tout cet univers est la mise en place du SHIELD. Nous retrouvons – par exemple – l’agent Coulson dans de nombreux films de la Phase 1 afin de bien faire comprendre aux spectateurs que nous sommes dans le même univers. Les autres films de cette Phase serviront à présenter les personnages que nous suivrons dans The Avengers. Pour citer quelques exemples : à la fin de L’Incroyable Hulk nous voyons Stark venant voir Ross pour lui suggérer de monter une équipe. Dans Thor, le SHIELD est mis en avant grâce à la présence de l’Agent Coulson qui n’hésite pas non plus à mentionner la technologie de Stark Industries. Tout cela est fait pour renforcer ce concept d’univers partagé qui – à ce moment-là – était quelque chose de totalement novateur au cinéma.

  •  La Phase 2 est centrée sur les Pierres d’Infinité :

Marvel a réussi avec brio à mettre en place son univers et les spectateurs ont très bien compris cela. Le studio peut donc passer aux choses sérieuses ! En effet, désormais il n’y a plus besoin de présenter l’univers ni les liens entre les différents personnages. On part du postulat que tout le monde maîtrise les caractéristiques du MCU. Ainsi, le studio s’évertue à présenter une nouvelle problématique introduite dans la première phase : les Pierres d’infinité. Si Iron Man 3, Ant-Man ou encore Captain America : Le Soldat de l’Hiver n’en font pas mention, nous avons pourtant affaire à l’une d’entre elles dans Thor : Le Monde des Ténèbres : il s’agit de l’Aether, la Pierre de la Réalité. Les Gardiens de la Galaxie – même si son scénario semble totalement « déconnecté » du reste de l’univers mis en place – présente lui aussi l’un de ces Pierres : l’Orbe, la Pierre du pouvoir. L’histoire du long-métrage tourne d’ailleurs essentiellement autour de cet artefact. Si vous ne l’aviez pas remarqué, cet opus introduit aussi le personnage du Collectionneur (à qui est remis l’Orbe) en donnant ainsi un plus grand rôle à Thanos, le véritable antagoniste du MCU.

Enfin, la dernière allusion aux Pierres est faite dans Avengers : l’Ère d’Ultron. C’est ici qu’on apprend que le sceptre de Loki utilisé dans le premier film renferme la Pierre de l’Esprit. Cette Pierre est utilisée par HYDRA pour donner aux jumeaux Maximoff des pouvoirs.

Cette Phase tease à son paroxysme l’utilisation des Pierres, qui seront essentielles voire cruciales dans un futur assez proche.

  •  Qu’en est-il de la Phase 3 ?

Si l’on récapitule, 4 Pierres d’infinité ont donc été introduites dans la Phase 1 et 2 : celle de l’Espace, de l’Esprit, celle du Pouvoir et celle de la Réalité). Doctor Strange (le deuxième film de la Phase 3), introduit la Pierre du Temps. On suppose donc que la dernière Pierre sera présentée dans un prochain film. Il est évident qu’il s’agira de Thor : Ragnarok.

La question qui nous intrigue est la suivante : quel sera le fil rouge de cette Phase 3 ? Personnellement, je pense que Thanos sera au centre de cette Phase avec sa future arrivée dans Avengers : Infinity War. Néanmoins, il est encore trop tôt pour affirmer cela.
La Phase 3 sera clairement sous le signe du renouveau. Qu’est-ce qui me fait dire cela ? Eh bien, on peut constater que nous avons eu affaire à l’introduction de nouveaux personnages. Nul doute que ces derniers devront porter le MCU sur leurs épaules dans le futur. Je pense notamment à Doctor Strange, Spider-Man ainsi que Black Panther.

Le MCU s’étend à la télévision

Après avoir dominé le grand écran, Marvel s’essaie au petit écran. Aujourd’hui, le MCU s’étend aussi bien au cinéma qu’à la télévision. C’est une manière comme une autre d’étoffer l’univers sans trop le bousculer.

C’est après le succès sans précédent de Avengers que le studio passe à la vitesse supérieure en termes de contenus transmédias – notamment avec la série Les Agents du SHIELD (2013) et Agent Carter (2015). Deux séries assez moyennes (j’ai bien apprécié la 1ère saison d’Agent Carter) qui ne connaissent pas de réels succès. Mais ce qui va permettre à Marvel d’entrer dans une véritable révolution télévisuelle, c’est Netflix. En 2013, Netflix et Marvel annonce un partenariat énorme. L’objectif ? Produire quatre séries dédiées à quatre personnages différents, puis de regrouper tout ce beau monde dans une série commune, à l’instar de la Phase 1 avec la réunification des héros par le biais de Avengers.

Bien que les séries Netflix jouissent d’un succès irréfutable, elles restent à la limite du MCU. Dans chacune d’entre elles, on y retrouve des clins d’œil très discrets à l’égard des films. Pourtant, les longs-métrages n’ont pas l’air de s’en préoccuper, donnant l’impression que films et séries évoluent dans un univers différent.
Cela nous force à nous poser la question suivante : sommes-nous dans un univers faussement transmédia ?

Contrairement à son concurrent DC, toutes les créations – télévisuelles et cinématographiques – de Marvel se déroule dans le même univers. Et c’est là qu’intervient le gros défaut de ce projet. En effet, si le studio peut éventuellement admettre que les spectateurs ont vus les films précédents, il ne peut en revanche admettre la même chose concernant les séries. Pourquoi ? Eh bien d’une part à cause de la quantité d’heures à consommer (il faut compter un bon week-end voire plus pour visionner l’intégralité des films alors ajoutez à cela les cinq séries existantes), mais aussi par les soucis de diffusion. Il semble peu probable de faire une référence à Les Agents du SHIELD immédiatement après la sortie d’un épisode dans la mesure où celui-ci n’est pas diffusé partout au même moment. De ce fait, les films ignorent purement et simplement les événements de la série, pas même par le moindre clin d’œil. C’est comme si la série n’existait pas.

En ce qui concerne les séries Netflix, c’est différent. Disons que le service de SVoD a créé un univers à part avec ses séries. Elles se déroulent bel et bien dans le MCU mais ne font que partager le même univers que Tony Stark et consorts. Encore une fois, de nombreuses références aux films sont faites dans les séries mais nous n’en retrouvons aucune dans les longs-métrages. Peu de chance donc de voir Jessica Jones au côté de Captain America.

Que nous réserve le futur du MCU ?

Inutile de préciser que nous nous dirigeons tout droit vers une confrontation directe des Avengers contre Thanos.
Avant cela, nous aurons affaire à Thor : Ragnarok qui – d’après les bandes annonces et affiches – va adopter une ambiance style années 80. Black Panther, déjà aperçu dans Civil War, va aussi avoir droit à son film solo en 2018. Et juste après Avengers : Infinity War nous verrons sur nos écrans la suite de Ant-Man.

Avengers 4 signera – quant à lui – la fin d’une époque, la fin d’une ère tout simplement. Nous ne savons rien sur ce film pour le moment mais nous sommes certains qu’il bouleversera le MCU tel que nous le connaissons aujourd’hui.
Est-ce qu’une Phase 4 verra le jour ? Cela va de soi ! Kevin Feige a affirmé avoir de quoi exploiter l’univers au moins jusqu’en 2028. Ce que l’on sait déjà, c’est qu’elle sera composée de Spider-Man : Homecoming 2 et des Gardiens de la Galaxie Vol. 3.

Comment le MCU a bouleversé le cinéma de divertissement ?

Comme je l’ai dit dans l’introduction de cet article, Marvel Studios a clairement transformé le cinéma de divertissement. C’est indéniable. En 2008, l’époque de sa création, mettre en place un tel univers cinématographique semblait presque impossible et inédit. Evidemment, le principe des sagas existait déjà mais les épisodes se suivaient dans un ordre logique. Ce n’est pas nécessairement le cas ici.

Voici ce qu’a réellement changé le MCU : raconter une histoire par l’intermédiaire de différents personnages, points de vue, pour ensuite les réunir à l’écran dans des films gigantesques. Vous aurez d’ailleurs constaté qu’aujourd’hui, tous les studios veulent leurs univers cinématographiques.
Cette idée d’univers ciné, qui rejoint du coup le même concept que celui des séries télévisées, est présente dans la bouche de la plupart des producteurs. À chaque fois qu’un nouveau projet est lancé, on retrouve la phrase suivante :

L’objectif est de lancer un univers cinématographique.

Je l’ai dit dès le début, mais l’exemple le plus récent est celui d’Universal avec son Dark Universe, amorcé par le reboot de La Momie.
Pas besoin d’aller chercher loin pour trouver un exemple d’univers ciné mis en place, correspondant parfaitement à la volonté des studios hollywoodien. Et – étrangement – c’est dans les studios Disney que nous le retrouvons : Lucasfilm avec la franchise Star Wars. Disney s’est mis en tête de construire un « Star Wars Cinematic Universe » en se basant sur les six films déjà existants. Pour se faire, la firme a lancé la production d’une nouvelle trilogie, d’une nouvelle série animée et surtout de spin-offs. Des spin-offs qui ont pour but de s’attarder sur un personnage ou événement de l’histoire de Star Wars. Tous ces films tourneront autour d’un élément commun : celui des épisodes numérotés. Disney a d’ailleurs mis l’impulsion de départ de cet univers avec l’Episode VII, l’Episode VIII à venir et surtout Rogue One.

Néanmoins, personne n’a réussi à égaler le MCU en termes de contenu et de connexion transmédias. Même le principal concurrent DC n’adopte pas la même optique, construisant des univers à part à la télévision au cinéma (ce qui, dans un certain sens, n’est pas plus mal car nous avons vu les limites du MCU avec un univers un peu trop élargi). Indéniablement, Marvel a engendré un modèle qui va sans nul doute marquer le cinéma de la décennie 2010 et 2020 avec la mise en place de beaucoup d’univers ciné basés sur des licences. Pourtant, si d’autres projets d’univers cinés viennent tout juste d’être amorcés, Marvel a dix ans d’avance sur le sujet.


 


Étiquettes : , , ,



Alexis Augusto
Étudiant en licence "Information et Communication" à Paris VIII. Passionné par le cinéma, les nouvelles technologies, la science-fiction et - de manière plus générale - par la culture dans son ensemble.




Previous Post

Game of Reviews #17 : The Dragon and the Wolf

Next Post

Le cas des Rohingyas : un nettoyage ethnique effroyable





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

Game of Reviews #17 : The Dragon and the Wolf

Beyond the Wall nous avait laissés sur une vision terrifiante : celle du Roi de la Nuit transformant Viserion en dragon...

31 August 2017
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter