NEWSYOUNG
Now Reading:

Le Qatar dans le sport est-il un danger ?

Le Qatar dans le sport est-il un danger ?

Alors que la France vient de triompher de l’équipe du Qatar en finale du Mondial de handball, la question du statut à accorder à l’équipe de l’Emirat se pose naturellement. Il est d’ores et déjà certain qu’une équipe nationale qatarie, quelle que soit son sport, devra attendre de longues années avant d’être considérée, dans l’inconscient de chacun, comme une équipe à part entière. Dans le sport comme dans l’économie, le Qatar énerve. Pourquoi, représente-t-il un danger sur le long terme ? Eléments de réponse.

Dans le football, un Qatar qui gène

Impossible de parler du Qatar dans le sport sans parler du football. Les Qataris ne s’intéressent pas au sport roi par hasard. C’est le seul qui peut drainer autant d’argent et qui peut passionner des milliards, oui, des milliards, d’individus sur la planète. S’ils ont commencé par devenir sponsors-maillot du FC Barcelone, la « Qatar Foundation » remplaçant l’UNICEF, l’Emirat s’est désormais trouvé une nouvelle mascotte : le PSG.

Si le club parisien n’est pas le premier à être passé sous pavillon étranger (Monaco avec la Russie ou à l’étranger Rome aux Etats-Unis ou encore Manchester City à l’Arabie Saoudite) il en ressort que le PSG n’a pu trouver une dimension internationale que grâce aux pétrodollars du Qatar. Paris n’a pris de l’ampleur que depuis son rachat et, dans le monde du foot, cela énerve. En Ligue 1, le championnat semble joué depuis le début. Même si Paris est actuellement troisième, il ne fait aucun doute que si les Rouges et Bleus appuyaient sur l’accélérateur, le club parisien serait premier sans trop de soucis. C’est ce qui dérange dans ce championnat où Marseille, Lyon voire Saint-Etienne mettent tous leurs efforts dans la lutte pour la place de leader en sachant que ceux-ci seront certainement vains.

Le Qatar à Paris énerve non seulement par sa puissance mais aussi par ce qu’il fait de l’institution PSG : disparition du lys sur le logo, symbole de la royauté française, mais aussi de la date de création du club. Dans le stade : une ambiance déplorable, la faute à un public spectateur et non plus supporter. Certains supporters parisiens en viennent à regretter l’époque où Paris luttait pour ne pas descendre en deuxième division, avec un Parc des Princes en feu à chaque rencontre et des joueurs qui aimaient ce blason.

Le Qatar est également impliqué dans le dossier de la Coupe du Monde 2022. Ayant obtenu on ne sait trop comment l’organisation du Mondial en 2022, le Qatar doit se construire une culture foot. Le sport n’existant pas vraiment dans ce pays, il faut construire au minimum une petite dizaine de stades, des infrastructures et attirer les spectateurs dans ce pays très chaud en été. Si l’argent n’est pas un problème, la construction urgente d’enceintes en est un. Les ouvriers sont des immigrés d’Asie de l’est mal payés et aux conditions de travail déplorables. De nombreux ouvriers seraient déjà morts sans que l’Emirat ne réagisse. Inutile de vous faire un dessin, le Qatar dans le monde du football dérange.

Un handball faussé

Lors du dernier Mondial, tous les joueurs savaient que le Qatar n’était pas une nation à prendre à la légère. S’il y a un sport où le pays réussit, c’est bien le handball. Il est d’ailleurs devenu cette semaine le premier pays non-européen à atteindre une finale de Mondial. Si cela n’a pas suffi face aux Bleus, il convient de reconnaître que le Qatar n’était pas attendu à ce niveau là. Si nous ne développerons pas sur l’arbitrage de la demi-finale contre la Pologne, il faut se pencher sur la composition de l’équipe qatarie pour voir que quelque chose ne va pas. Sur la totalité des retenus pour le Mondial, seuls deux joueurs étaient nés sur le sol Qatari. Les autres étaient Bosniens, Monténégrins, Iraniens, Egyptiens, Cubains, Syriens, Espagnols, Tunisiens et même Français ! Voir Bertrand Roiné, qui a déjà porté le maillot bleu chanter l’Al Salam al Amiri , l’hymne qatari, la main sur le cœur a forcément provoqué un pincement de dégoût. Si le joueur assure ne pas être un mercenaire, il faudra longtemps et, ce, à juste titre pour faire avaler cette hypothèse. Si la faute en incombe principalement à la Fédération Internationale de Handball d’avoir autorisé un joueur à rejoindre une autre sélection après trois ans sans appel dans son pays d’origine, il faut reconnaître que le Qatar en a largement abusé.

Des manœuvres qui dérangent

Le Qatar a clôturé sa cérémonie par un petit enfant chantant en arabe, sans que nous n’ayons la traduction de ses paroles, ce qui a rendu le temps assez long lors de cette cérémonie.  De même, chanter l’hymne qatarie pendant la cérémonie, alors que le pays n’a pas remporté la Coupe pose question. L’hymne en question justement évoque le Qatar comme une « épopée de gloire et de dignité », ce qui fait doucement rire en interne étant donnée les manœuvres avérées de l’Emirat dans l’obtention et l’organisation de la Coupe du Monde de football. Cela montre que le Qatar doit encore progresser pour organiser parfaitement une manifestation digne de ce nom, bien que le reste du tournoi se soit parfaitement déroulé.

Lors des matchs de ce tournoi, l’équipe nationale était encouragée par des supporters parfois étrangers, venus tous frais payés au pays pour mettre l’ambiance dans les enceintes. Les supporters étrangers étaient également inviter pour remplir les stades, par peur des salles vides, le Qatar n’étant pas historiquement une terre de handball.

Dans un autre registre, et cela concerne également le voisin saoudien, le procédé de naming vient ternir l’image du pays. En cherchant à rebaptiser le nom des grands stades européens avec un nom d’une firme du pays, ces pays s’attire les foudres des fans du ballon rond. Voir le stade de Manchester City appelé Etihad Stadium,  le centre d’entraînement du PSG Ooredoo Centre ou encore le projet de renommer le stade du Real Madrid Abu Dhabi Bernabeu attriste profondément les supporters. D’autant plus que désormais d’autres marques s’y mettent avec l’Allianz Arena à Munich. Le Qatar ferait-il des émules ? La gloire et la dignité qatarie fait des envieux.

Share This Articles
Written by

Etudiant en information-communication|Rédacteur sur l'actualité sportive, sport-business

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.