NEWSYOUNG
Now Reading:

Live Report : Frank Carter & The Rattlesnakes à l’Épicerie Moderne

Ce lundi 11 Novembre, Newsyoung était à l’Épicerie Moderne au Sud de Lyon pour une des dernières dates de la tournée européenne des Rattlesnakes. Un live à la confluence des débuts punk du chanteur à une introspection mise en musique dans le dernier album, End of Suffering. On vous raconte tout ça.

Que de chemin parcouru pour Frank Carter depuis Gallows, son groupe de musique punk hardcore originaire du sud de l’Angleterre, et Pure Love, son second projet initié en 2011, auquel il a mis un terme en 2014.
Des sons crus et assourdissants qui ont en quelque sorte accompagné inconsciemment la genèse de The Rattlesnakes, un groupe (re) centré autour de sa personne, accompagnée de son guitariste Dean Richardson.

Frank s’était entourés de quelques copains pour fonder ses précédents projets, mais par crainte de perdre sa liberté artistique, d’entrer dans un genre, et de devoir se confronter aux volontés de ses pairs, c’est presque une carrière solo dans laquelle il se lance en 2015.
Son dernier album, End of Suffering, sorti en mai dernier, vient aborder des sujets moins assimilés au rock and roll tel qu’on l’imagine, dans un style musical plus apaisé et pour cause : Frank Carter a 34 ans, il est désormais père d’une petite fille, et vient donc le temps de se poser certaines questions sur son existence.

Ayant vécu la naissance d’un enfant et la mort de son père dans une période très rapprochée, alors qu’il venait de couper court à ses projets musicaux en groupes, la période aura été un véritable ascenseur émotionnel, un cataclysme psychologique qu’il a su transformer en énergie positive pour nous livrer cette oeuvre très personnelle.

À plusieurs reprises, Frank a pris la parole devant un public attentif, pour évoquer certains de ses problèmes, et notamment ses pensées les plus noires dans les moments les plus difficiles de son existence. Ce live naviguait entre un optimisme et une vivacité comme on en a rarement en concert, et des passages beaucoup plus intimes, à l’image du dernier album.

Bien loin de l’image populaire que revêtit la musique punk, la pochette, très colorée, vient parfaitement illustrer une période d’incertitude et de haine désormais révolue.

Mais ne vous y trompez pas. Frank Carter dispose toujours d’une énergie presque légendaire qu’on a évidemment pu retrouver sur la scène de l’Épicerie Moderne ce lundi 11 Novembre 2019, on vous propose de (re)vivre cette soirée en images avec les photos de Coline Beulin.

On vous propose d’écouter l’album en question directement ici !

Share This Articles
Written by

Étudiant en Communication et Journalisme × founder Newsyoung.fr Sur Twitter : @florentderue

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.