Salut ! Salut !

Musilac, entre ciel et terre

Culture / 19 juillet 2014

11 juillet 2014, Aix-les-Bains. Il pleut et l’accueil à la seule auberge de la ville se fait sans grande conviction. Mais peu importe, car on est là pour la musique et pas pour dormir !

Une ambiance de tonnerre 

Quoi de plus normale qu’une programmation aérienne quand le festival se déroule au cœur des montagnes ? Les scènes de Musilac se trouvent au bord du lac du Bourget, même si à notre plus grand regret les barricades ne permettent pas vraiment d’en profiter. Mais la vue sur les montagnes et les nuages bas reste imprenable, on se croirait dans les airs.

Alors même si la boue nous rappelle que nous sommes bien sur terre, les groupes programmés nous permettent une envolée dès les premières notes. Un petit sandwich savoyard, une bière et c’est le paradis sur terre.

Une programmation aérienne 

Malgré la pluie, les fans de festival sont au rendez-vous. Ils savent que des groupes anthologiques seront là ce soir, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige. On remarque vite les fans de Motorhead, avec leur blouson en cuir, les bottes et les tatouages qui vont avec. Les plus jeunes resteront jusqu’à minuit pour l’autre groupe, plus jeune, mais qui fera autant de bruit : Shaka Ponk.

Mais il y a aussi des groupes qui ne réunissent pas forcément un public aussi reconnaissable. Par exemple Kaiser Chief ou encore London Grammar, dont la performance vocale en aura fait voler plus d’un, réunissent aussi bien les familles que les ados, venus essentiellement pour Fauve et Shaka Ponk. L’ambiance est donc essentiellement familiale et les groupes à la hauteur de l’attente du public.

Une scène parfaitement maîtrisée

Lors de ce premier soir, on remarque l’attention particulière portée à la scène par les groupes. La réputation de Matthieu Chedid sur scène n’est plus à refaire, et ce n’est pas ce soir du 11 juillet qui va remettre en cause ses performances. On aime toujours autant l’artiste et son engouement pour son public.

Alors Kaiser Chief a-t-il été une agréable surprise. Bien que programmé tôt dans la journée (18h20 ndlr), le groupe qui avait fait la première partie de Muse à Monaco en 2007 a encore une fois prouvé que sur scène, il représente avec brio la scène pop rock britannique. Le chanteur n’a pas hésité à sauter dans une foule en délire et à grimper sur les échafaudages. Le public lui, en voulait encore !

Shaka Ponk était là aussi dans un souci de faire un véritable show. Le scénique était là aussi au rendez-vous, avec un écran géant qui permettait d’inclure Goz, le singe virtuel membre du groupe, et de donner un rendu scénique au top pour ses fans. Bien que le mélange de français, d’anglais et d’espagnol puisse déranger, le côté kitsh et assumé rendait la foule encore plus follet et plus demandeuse de spectacle.

Enfin, Fauve≠ a lui aussi été au top de sa forme. Comme l’a avoué le collectif, passer derrière Shaka Ponk, M et Motorhead n’allait pas être une partie de plaisir pour lui. Cependant, il a plu à ses fans même s’il n’a pas fait l’unanimité.

Un public éclectique, une ambiance familiale, des artistes qui nous transportent au delà des montagnes… Que demander de plus pour un weekend de trois jours en terres savoyardes ? Peut-être un peu plus de stands typiques sur le site, pour mieux profiter des spécialités régionales…TOM_74651


Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,



Florence Morel




Previous Post

Orlando ou la dynamique du manque

Next Post

In Situ Festival, la poésie urbaine





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

Orlando ou la dynamique du manque

Avec « Orlando ou l'impatience », Olivier Py, directeur de ce 68ème festival d'Avignon, signe une œuvre engagée, véritable...

9 July 2014
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter