NEWSYOUNG
Now Reading:

Rachel Lambert : son combat pour la dignité !

Rachel Lambert : son combat pour la dignité !

Le combat de Rachel Lambert en faveur de l’euthanasie de son mari Vincent Lambert deviendrait-il le symbole d’un changement sur la fin de vie des patients ? C’est probable !

En 2008, après un accident de la route, Vincent Lambert tombe dans un coma profond. Aujourd’hui hospitalisé au CHU de Reims, il est dans un état de conscience minimale, sans que les médecins ne parviennent à trouver des solutions pour que le patient puisse communiquer avec ses proches.
Début janvier, Rachel Lambert, accompagnée de l’équipe médicale du CHU de Reims lors de la procédure prévue par la loi Leonetti, se voyait accepter l’arrêt des soins de son mari, alors en état pauci-relationnel et sans espoirs d’améliorations. On parle alors d’euthanasie passive puisque cette décision consiste à arrêter l’alimentation ainsi que l’hydratation du patient, un choix que Rachel Lambert qualifie d’ « acte d’amour » pour son mari. Sept autres membres de la famille approuvent alors la décision qui sera mise en application sous le contrôle du Docteur Kariger.

Seul obstacle : les parents du patient ont refusé car, selon eux, la situation de Vincent Lambert n’est pas compatible avec les spécificités de la loi. Ils ont d’ailleurs contesté le choix de Rachel Lambert auprès du tribunal administratif de Châlons-en- Champagne (Marne, 51). Et ce dernier a alors annoncé sa position du côté des parents de Vincent Lambert le 16 janvier.
Face a cette opposition, l’épouse du patient a saisi le 31 janvier le Conseil d’État pour protester la décision du tribunal administratif interdisant l’euthanasie de son mari. Le Conseil d’État siégera le jeudi 6 février et examinera le cas particulier de Vincent Lambert. Cette décision aurait alors des conséquences sur d’éventuelles modifications de la loi Leonetti.

Du côté du gouvernement aussi, le débat est houleux. D’une part, le soutien annoncé puis délaissé de Marisol Touraine, ministre de la santé qui annonçait que le CHU de Reims ferait également appel devant le Conseil d’Etat. Un engagement réitéré, donc, quelques jours plus tard sur I-Télé. Et d’une autre part, la remise en question de la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie devrait probablement enclencher de nouvelles discussions sur le terrain politique. Rappelons que parmi les promesses du candidat François Hollande, figurait le fait que « toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». Pas d’euthanasie explicitement évoquée.

Mais les spécificités de la loi Leonetti rentrent-elles dans ce cadre particulier ? Promulguée en 2005 par le député UMP Jean Leonetti, la loi prévoit d’éviter « l’obstination déraisonnable » des médecins ainsi que la « prolongation artificielle » de la vie des patients dès lors que leurs souffrances sont inutiles. Cette décision doit être prise en concertation avec le patient et ses proches. Ce sera au Conseil d’Etat d’en décider en jugeant la cohérence ou non avec le cas de Vincent Lambert et en trouvant un équilibre entre les oppositions au sein même de sa famille.

Alors le gouvernement va-t-il oui ou non faire un pas vers la « dignité » ? Réponse dans les jours à venir, avec les suites que nous donnera le Conseil d’État. A ce jour, Marisol Touraine annonce une évolution de la loi Leonetti d’ici l’été 2014.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.