NEWSYOUNG
Now Reading:

Riblon, une victoire qui vaut de l’or.

Riblon, une victoire qui vaut de l’or.

Cette 18ème étape s’est faite désirée ; elle était comme la plus attendue sur ce 100ème Tour de France et elle a tenue toutes ses promesses.

Après les trois victoires et le train d’enfer initié par Christopher Froome dans cette édition, le peloton ne peut que s’incliner devant la suprématie du maillot jaune, ancien lieutenant de Bradley Wiggins. Beaucoup avaient parié sur lui pour cette double ascension de la mythique montée de l’Alpe D’Huez. Malheureusement pour le britannique, certains coureurs en ont décidé autrement…

Les temps forts

Tout a commencé au km 20 où s’est formée la première vraie échappée composée notamment des français Sylvain Chavanel et Christophe Riblon (déjà) ainsi que Van Garderen, Lars Boom, Moreno Moser et le vétéran Jens Voigt, entre autres. Un groupe solide puisqu’il va jusqu’à compter 7 minutes et 15 secondes d’avance sur le peloton.

La première ascension du col classé hors catégorie fut fatale à tous les échappés, contraints de rentrer dans le groupe principal emmené par le team Sky de Froome. Tous ? Non !

L’américain Tijay Van Garderen se décide à ce moment là, à mettre le bon coup de pédale qui lui permet de prendre une avance sur son désormais seul poursuivant : le français de l’équipe AG2R La Mondiale Christophe Riblon.

Alors que Van Garderen se fait rejoindre par Moser, revenu avec Riblon, à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, aucune attaque ne se profile au sein du peloton.

Moreno prend la tête – Christophe Riblon, au bord de la chute dans la descente de Sarenne, se fait très peur – on aperçoit enfin la fougue d’Alberto Contador (Saxo) accompagné de son coéquipier Kreuziger qui se détachent tant bien que mal du groupe maillot jaune. Ce qui, finalement, ne sera qu’un pétard mouillé…

Au pied de la seconde ascension, nous retrouvons les 3 combatifs de jour : Moreno, Van Garderen et Riblon. Dans la montée, Froome et Porte se rapprochent du groupe de tête jusqu’à ce que le leader soit soudain frappé d’un coup de fringale, l’obligeant à se ravitailler ; ce qui le pénalisera de 20 secondes par les commissaires de course.

Moreno repris et Riblon distancé, on croit à la victoire de Van Garderen à 5 kilomètres de la fin, jusqu’à ce qu’il soit, tout comme Froome, pris d’un mal. La très belle occasion à saisir pour le français de 32 ans qui revient sur l’américain puis le double pour venir s’imposer dans la plus belle destination de cette édition.

La joie de toute une équipe

Christophe Riblon, en larmes, fête alors sa victoire avec ses équipiers de AG2R La Mondiale et son directeur sportif Vincent Lavenu. Equipe chagrinée depuis l’abandon de son leader, Jean Christophe Peraud, sur le contre-la-montre d’hier, mais qui se console aujourd’hui grâce à la formidable performance de son champion.

Clin d’œil à Laurent Fignon qui, il y a tout juste 30 ans : le 18 juillet 1983, revêtait le premier maillot jaune de sa carrière au sommet de l’Alpe d’Huez.

Au classement général, Froome se détache un peu plus en reléguant son dauphin Contador à 5 minutes et 11 secondes. Le grimpeur colombien de la Movistar : Nairo Quintana, se hisse sur le podium, frôlant la deuxième place, à 22 secondes du Pistolero.

Crédit photo : Le Figaro.

Share This Articles
Written by

Curieux de l'actualité, je suis devenu passionné par le journalisme. Ne laissant aucun domaine de côté, j'ai tout de même une préférence pour les thèmes culturels et sportifs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.