NEWSYOUNG.FR
Now Reading:

Samsung met en scène le Galaxy S4.

Samsung met en scène le Galaxy S4.

Hier soir, ou plutôt, ce matin (à minuit heure française), débutait le Samsung Unpacked 2013, soit la tant attendue conférence de Samsung ayant pour but principal l’annonce de son dernier smartphone haut de gamme: le Galaxy S4.

Peut-on réellement encore parler de conférence? Il s’agit plus exactement d’un véritable show auquel s’est adonné Samsung pour présenter son nouveau Smartphone haut de gamme. Le géant sud-coréen s’est longtemps laissé désirer, en faisant l’annonce de son nouveau fer de lance mobile après toute la concurrence, et après même le Mobile World Congress, auquel il était pourtant attendu, et bien que de nombreuses fuites (vraies ou non) quant à sa fiche technique et à son apparence tournaient déjà sur la toile , ce Galaxy S4 a été une surprise pour à peu prés tout le monde.

Le Samsung Galaxy S4. On apprécie particulièrement le peu de bordures autour de l'écran, qui prends toute la place.

Le Samsung Galaxy S4. On apprécie particulièrement le peu de bordures autour de l’écran, qui prends toute la place.

Minuit. Dans une ambiance musicale travaillée (avec un véritable orchestre, présenté en fin de spectacle!), Samsung met en scène son nouveau joujou technologique. Et se suivent les enfants danseurs de génies et les acteurs au sourire (un peu trop) béat et aux yeux sémillants. A l’opposé d’Apple, qui veut ses Keynotes sobres, calmes, et sérieuses, donnant ainsi à ses présentations un aspect professionnel, Samsung joue la carte du vivant, du rutilant, jusqu’à presque dévier au « too much »en fait… Vous l’aurez compris, ce show était peut être un peu trop « trop », de la part du Coréen, mais au-delà de cette véritable pièce de théâtre, que vaut le Galaxy S4? Car, très attendu, le fleuron de Samsung ( comme tous ceux de la lignée Galaxy S, en fait)  sera décisif quant aux orientations du marché mobile, et aux décisions prises, en réaction, par la concurrence (notamment Apple,  voir l’article de F. Derue).

Penchons-nous dans un premier temps sur l’engin et sa fiche technique. Coté esthétique, le S4 reprends beaucoup le look de son prédécesseur, le Galaxy S3, et les boutons du Galaxy Note II. On regrette toujours le coté trés « plastique cheap » du téléphone, bien que cette fois-ci l’arrière semble plus travaillé, et surtout plus rugueux, évitant ainsi que l’appareil devienne une vraie savonnette (ce qui avait causé de nombreux cas de chute avec le S3). Néanmoins, le coté plastique est vite éclipsé par l’écran cinq pouces AMOLED, sublime, qui remplis, ô joie, la presque totalité de l’appareil, et, comme la plupart des concurrents, offre une résolution HD 1080p. La densité des pixels est telle à l’écran, qu’ils ne devraient plus être perceptibles à l’œil nu (441 dpi) . Pour ce qui est de la photo, il s’agit sans surprise d’un capteur 13 Mégapixels à l’arrière et de 2 Mégapixels en façade. Le processeur sera lui, selon le pays, un octo-cœur d’1,6 GHz ou un quadra-cœur cadencé à 1,9 GHz, le tout solidement épaulé par 2 Go de Ram. Toute cette puissance suffira très certainement à faire tourner Android Jelly Bean 4.2.2, et sa surcouche constructeur, la fameuse TouchWizz dernière génération. Toute la connectivité la plus complète suit, avec la 4G (LTE), le Bluetooth 4.0, l’habituel Wifi n, bien sûr, mais également l’infrarouge, afin que le téléphone puisse servir de télécommande intelligente, à l’instar des séries XPeria Z de Sony. Le tout sera alimenté par une importante batterie de 2600 mAh, qui ne sera pas de trop, au vu des technologies et de l’écran embarqués. Malgré cette fiche technique pour le moins impressionnante, ce bijou reste fin (7,9 mm) et léger (130 g).

Certes, le Galaxy S4 est à présent l’un des téléphones les mieux équipés et les plus performants du marché, mais face à la féroce concurrence, bien plus compétitive que les années précédentes, des grands HTC, Nokia, Sony, ou même ZTE, la configuration n’est pas particulièrement un atout. Samsung semble l’avoir compris, aussi, c’est dans son offre logicielle que se trouve la réelle originalité du S4. Les merveilles de développement qu’il embarque sont exceptionnelles. Plusieurs articles ne suffiraient pas à décrire cette dernière, ainsi que son envisageable revers de la médaille que l’on voit déjà se profiler avant même la sortie de l’appareil. Cependant, parmi les nouveautés les plus impressionnantes, on peut citer les nombreux modules gérant l’appareil photo, permettant notamment d’effacer un élément gênant d’une photo prise ( comme l’affreux et inopportune incruste d’une personne que vous n’appréciez pas sur une magnifique et romantique photo, en clair, fini le photobombing ! ), les différentes fonctionnalités qui utilisent le regard de l’utilisateur, comme le défilement automatique d’un texte lu, ou la mise en pause d’une vidéo au moment où le sujet détourne le regard (baptisées respectivement Smart Scroll et Smart Pause), un traducteur embarqué en temps réel (S Translator), le S Voice Drive, qui permet de donner des directives au téléphone tout en conduisant, le AirView, déja vu sur le Galaxy Note 2, mais qui fonctionne cette fois ci au doigt (et non au stylet S-Pen), mais sans contact ( car une des nouveautés de ce S4 est aussi l’écran prédictif, qui « sent » en quelque sortes, le doigt avant même qu’il ne touche l’écran), le Group Play vaut également le coup d’œil: il permet le partage de contenus multimédias, tels que la musique ou les jeux,  et pour finir, le S-Health, déja présentée il y a quelques mois, qui permet à l’utilisateur de « gérer » sa santé grâce aux indicateurs de rythme cardiaque (disponible via accessoire), de distance parcourue, de nombre de calories brûlées etc., le tout pouvant être partagé (belle motivation). Tout cet équipement logiciel impressionnant est complété par l’application Knox, qui avait été présentée au MWC, qui permet de séparer et de sécuriser (d’où le nom de l’application, inspiré par l’impénétrable fort éponyme), la partie professionnelle de l’usage du Smartphone.

Bien que les fonctionnalités et les nouveautés du Galaxy S4 soient nombreuses et pour certaines révolutionnaires, de nombreuses polémiques à naissent déjà, certaines moins futiles que d’autres. De ceux qui se plaignent de l’aspect esthétique minimaliste (déclinaison en seulement deux couleurs, et maigre évolution du design depuis le Galaxy S3), à ceux qui craignent, judicieusement, pour leur sécurité et leur sphère privée (« le Smart Scroll et le Smart Pause utilisant la caméra de façade, qui me certifie que le développeur de l’application ne fait pas usage d’un moyen de me voir par celle-ci? »), en passant par les puristes, qui, sans dédaigner l’offre logicielle de Samsung, argue qu’elle étouffe complétement Android, le système d’exploitation de Google, beaucoup ont déjà à redire sur ce nouveau-né, qui devrait arriver courant Avril.

Share This Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.