Salut ! Salut !

Scandinavie et immigration : l’exception danoise

International / Le meilleur de Newsyoung / Politique / Récents / Société / 12 octobre 2015

Alors que la Scandinavie apparaît comme le nouvel Eldorado des migrants et réfugiés (en 2014 à l’échelle européenne la Suède a reçu 13% des demandes d’asile pour en accepter 82,7%1), le Danemark fait figure d’exception. La tendance n’y est pas à la tolérance et l’ouverture comme l’on aurait pu s’y attendre après les vagues de sympathie et d’accueil qui ont traversé l’Europe en septembre 2015.

Il fait ainsi partie des pays européens qui se prononcés en défaveur d’un quota minimum de réfugiés à accueillir par pays2, aux côtés de la Pologne et la Hongrie. Dans la même logique le pays avait suspendu en septembre ses liaisons ferroviaires grandes lignes avec l’Allemagne afin d’empêcher les migrants de franchir la frontière danoise et de rejoindre la Suède.

« Denmark has decided to tighten the regulation concerning refugees »

Une initiative de la ministre de l’intégration a également créé la controverse début septembre avec la diffusion d’une publicité dans des journaux libanais, en arabe et en anglais, supposée dissuader d’éventuels candidats à l’immigration de choisir le Danemark comme destination3. La publicité mentionnait notamment que « Denmark has decided to tighten the regulations concerning refugees in a number of areas » (le Danemark a décidé de durcir la régulation des réfugiés) que le Parlement avait décidé de « reduce the social benefits significantly » (réduire significativement les aides sociales) et que les heureux détenteurs d’un permis de résidence provisoire «  will not have the right to have their family brought to Denmark during the first year » (ne pourront pas d’amener leur famille au Danemark pendant leur première année de séjour). Exit donc le regroupement familial dans un premier temps. Les personnes en situation irrégulière s’exposent elles au risque d’une expulsion rapide du pays.

Pourquoi un tel durcissement des règles d’accueil dans un pays scandinave qui est traditionnellement présenté comme tolérant ? Un premier facteur d’explication peut certainement être l’influence du parti d’extrême-droite, le Dansk Folkeparti, deuxième force politique du pays (21,1% aux dernières élections législatives juste derrière les sociaux-démocrates4). Plusieurs personnes font également valoir que les réfugiés ne veulent pas vraiment vivre et s’intégrer au Danemark car leur destination est la Suède : le Danemark n’est alors pour eux qu’un pays de transit en attendant de pouvoir rejoindre les côtes suédoises.

L’intégration des réfugiés qui décident de rester est une question prioritaire dans la logique gouvernementale. En plus des habituelles longues et difficiles procédures bureaucratiques, l’obtention du permis de résidence est également conditionnée, spécificité danoise, par la capacité à comprendre et parler le danois. Autant dire que la condition s’apparente à une clause d’exclusion car apprendre ledanois en trois mois relève du miracle, surtout pour des populations souventépuisées, démunies et traumatisées.

12083809_10206753085078211_1807758887_n

« Les réfugiés ont le même potentiel que n’importe qui ici mais pas les mêmes opportunités »

Tout le pays ne rejette pas d’un même mouvement les réfugiés. Plusieurs initiatives citoyennes ont fleuri et fleurissent encore afin de promouvoir leur accueil et d’aider ceux qui sont déjà arrivés. Ces initiatives prennent différentes formes : marches et protestations, collectes d’eau et de nourriture, accueil physiques dans les points d’arrivée (aéroport, gares centrales…), conseil juridique pour les formalités administratives… Ainsi à l’université de Roskilde, le groupe « RUC support refugees » créé en septembre 2015 participe aux manifestations nationales et cherche à sensibiliser les étudiants sur la situation des réfugiés.

Jonas et Sarah, deux étudiants membres de l’association, adoptent un point de vue résolument optimiste. S’ils qualifient le sentiment général au Danemark sur la question des réfugiés de « mélangé » avec un « discours général anti-immigration », ils soulignent néanmoins que « beaucoup d’activistes et de personnes en général veulent s’impliquer et faire quelque chose ». Ils rappellent les chiffres de la première manifestation de soutien aux réfugiés qui avaient réuni 30 000 personnes à Copenhague et espèrent que la manifestation du 6 octobre rassemblera au moins 25 000 personnes [elle en rassemblera finalement 20 000].

Les initiatives citoyennes sont selon eux « vitales » car « ce sont ces actions qui font que les gens se sentent accueillis, pas le gouvernement ». Au-delà de l’aide effective qu’ils peuvent apporter aux arrivants, les deux étudiants souhaitent surtout faire évoluer les mentalités. Ce projet à long terme passe par « promouvoir la discussion, le débat, créer un sentiment de solidarité […] faire en sorte que les gens en parlent ». L’idéal serait que l’université de Roskilde s’implique à sa manière dans l’intégration des réfugiés en s’occupant de la partie éducative.

« Hier nous avons invité une avocate pour qu’elle nous parle du droit danois sur l’immigration et elle a mis en lumière le fait que les gens choisissent ce pays pour le système éducatif » raconte Sarah. Selon elle l’université pourrait mettre en place un système d’équivalence afin de valider le niveau d’étude des réfugiés et leur permettre éventuellement de continuer à étudier au Danemark, ainsi qu’aider les diplômés à s’insérer sur le marché du travail. « C’est toujours un bon investissement de favoriser l’éducation » ajoute Jonas, « les réfugiés ont le même potentiel que n’importe qui ici mais pas les mêmes opportunités, et c’est ce que nous voulons changer ».

Photos de Claire Duhamel qui sur son blog 300 Copenhagen délivre chaque jour une nouvelle vision du Danemark en photo http://300copenhagen.tumblr.com/

Sources

http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/6751788/3-20032015-BP-FR.pdf/e7d92e5a-5c17-4329-8497-8e336c546cef

http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/10/quotas-refugies-europe-pays-migrants-international-carte_n_8116720.html

https://twitter.com/justinCPH/status/640776398949490688/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw

http://www.thedanishparliament.dk/

propos recueillis le 06/10/2015


Étiquettes : , , , , , ,



Pauline
Etudiante en troisième année à Sciences Po Lille




Previous Post

La réponse de l’Europe face à la cybercriminalité, un fléau sans frontières

Next Post

[BENIN] : ADIEU CAMELEON DE KOUARFA





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

La réponse de l’Europe face à la cybercriminalité, un fléau sans frontières

Depuis les années 2000, soit environ vingt ans après la naissance d’Internet et de la cybercriminalité, l’Europe travaille...

2 October 2015
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter