Salut ! Salut !

Vers une indépendance Kurde ?

International / Le meilleur de Newsyoung / Politique / 30 juillet 2014

La récente progression de l’EIIL en Irak, mettant en jeu chaque jour un peu plus l’autorité du gouvernement central irakien, ainsi que celle du Premier Ministre Nouri Al-Maliki, pourrait bien favoriser l’indépendance des Kurdes d’Irak. Mais cette question est loin d’être uniquement interne aux frontières irakiennes : c’est un enjeu stratégique pour le gouvernement américain, c’est d’ailleurs pour cette raison que le Congrès s’intéresse à la question. En effet, le Service de Recherche du Congrès, chargé de publier des études à la disposition des Sénateurs, a publié ce 15 juillet 2014 une étude sur les possibles impacts d’une indépendance des Kurdes d’Irak. Et force est de constater que l’on s’attelle là à un sujet éminemment complexe.

 
Les Kurdes sont une population d’origine iranienne, et vivant sur les territoires irakiens, turques, syriens et iraniens. Leur population totale, bien que difficile à estimer, s’élèverait à quasiment 30 Millions de personnes, selon le CIA World Factboook de cette année, et représenterait 15 à 20% de la population Irakienne. Cette population constitue d’ailleurs une diaspora présente dans le monde entier, même si principalement implantée dans les pays d’Europe. Les Kurdes revendiquent leur indépendance depuis la fin de la 1ère guerre mondiale. Bien qu’elle leur fut refusée à ce moment-là, ils purent obtenir une autonomie à la suite de la guerre du Golfe de 1991. Autonomes, donc, mais pas indépendants. Les Kurdes d’Irak possèdent néanmoins leur propre gouvernement, le Gouvernement Régional du Kurdistan, abrégé “KRG” (pour Kurdish Regional Government), mené actuellement par Massoud Barzani.

Rouge Bordeaux : Frontières officielles du Kurdistan irakien

Ceci étant dit, nul n’est sans savoir que l’EIIL, l’Etat Islamique en Irak et au Levant, progresse de plus en plus en Irak, affaiblissant à chaque fois un peu plus le gouvernement Al-Maliki, à majorité chiite, qui essaie tant bien que mal de préserver l’unité de l’Irak. Ainsi, le contexte géopolitique de la région ne favoriserait-il pas l’indépendance Kurde ? C’est une question qui mérite d’être posée, et les chercheurs du Service de Recherche du Congrès (Jim Zanotti et Kenneth Katzman), se sont intéressés aux possibles conséquences d’une indépendance Kurde en Irak.

 
Les positions des Etas voisins par rapport à l’indépendance kurde divergent. En ce qui concerne l’Irak, le gouvernement de Nouri Al-Maliki fera tout ce qui est en son pouvoir pour conserver l’unité de l’Irak, même s’il est affaiblit par la récente progression de l’Etat Islamique. Pour Téhéran, l’indépendance kurde pourrait être un facteur stabilisant dans la situation géopolitique du Proche-Orient, une aide pour combattre l’EIIL, mais sa position est ambiguë car il ne voudrait pas déstabiliser ou affaiblir l’Irak, qui sert de transit aux nombreux échanges entre la Syrie et l’Iran. Mais l’Iran n’est pas le seul à démontrer une ambiguïté dans sa prise de position : la Turquie, et les USA aussi. Prenons le cas de la Turquie : les Turques refusent depuis longtemps l’indépendance du KRG, craignant une radicalisation de la population kurde présente sur son territoire. Ceci s’est d’ailleurs remarqué dans la féroce guerre qu’elle a mené contre sa propre population Kurde, située majoritairement dans le Sud-Est du pays. Malgré tout, la Turquie reste le premier partenaire économique du Kurdistan (selon Al-Jazeera, plus de 1000 entreprises Turques seraient implantées au Kurdistan en 2012). Mais les élections approchant en Turquie, le Premier Ministre Turque Recep Erdogan a plus que jamais besoin du vote Kurde, qui pourrait faire office de minorité de blocage. En favorisant l’indépendance du Kurdistan, il gagnerait des voies auprès de la minorité Kurde de Turquie, c’est pourquoi si Bagdad ne se montre pas à la hauteur dans l’affirmation de son autorité, et pour conserver l’unité de l’Irak, Ankara pourrait tout aussi bien accepter la création d’un KRG indépendant.

 
Enfin, et c’est là tout le but de l’étude publiée par le Congrès, la position Américaine est tout aussi ambiguë. Comme l’explique le Los Angeles Times, si le gouvernement Américain a toujours prôné l’unité irakienne, l’indépendance kurde paraît aujourd’hui inévitable. Ainsi, si c’est inévitable, les USA auraient tout intérêt à se mettre les Kurdes d’Irak dans la poche. En effet, alors que l’armée irakienne, entraînée et armée par les Américains, demeure inefficace face à l’EIIL, ce n’est pas le cas de la peshmerga, la milice kurde, qui pourrait bien devenir un allié fondamental dans la bataille contre l’Etat Islamique. Les Etats-Unis auraient donc, dans une certaine mesure, un intérêt à supporter l’indépendance Kurde, mais qu’en est il des Kurdes eux-mêmes ? Ont-ils un intérêt à nouer des liens avec les USA ? Toujours d’après le Los Angeles Times, la seule chose qui pourrait motiver la peshmerga a aider les États-Unis dans leur combat contre l’EIIL serait la promesse d’une reconnaissance de leur indépendance. Washington est donc ici confronté à un dilemme : prôner l’unité d’un Irak faible face à la montée de l’Etat Islamique, ou reconnaître l’indépendance Kurde, se donnant ainsi une chance de contrer les islamistes.

Il semblerait donc que le temps soit venu pour le KRG de s’émanciper du gouvernement chiite irakien, dont il ne fait d’ailleurs plus partie. Bien que certains voient cette partition de l’Irak comme inévitable, seul l’avenir pourra nous dire si oui ou non, les Kurdes d’Irak obtiendront leur indépendance, car le sujet est loin de faire l’unanimité.


Étiquettes : , , ,



Louis Malbète
Etudiant à Sciences Po Paris, et en Droit à Paris II - Panthéon Assas. J'aime la politique, l'économie, le droit, la philosophie, et tout ce qui peut me permettre de comprendre un peu mieux ce qui se passe dans notre monde qui tourne de moins en moins rond.




Previous Post

In Situ Festival, la poésie urbaine

Next Post

Les femmes qui n'aimaient pas les femmes





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

In Situ Festival, la poésie urbaine

Vous n'avez pas été à l'In Situ Festival? Une séance de rattrapage s'impose!        Le Festival a été créé...

28 July 2014
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter