Salut ! Salut !

Voix du Prieuré 2016, mi-parcours

Culture / Récents / 31 mai 2016

Voix et Violoncelles, il y a une semaine

prieuréVDP

Stabat Mater. Un chœur qui souffle, siffle, murmure, souffre. Voilà une semaine maintenant que j’ai assisté au concert « Voix et Violoncelles » du festival des Voix du Prieuré. Les sensations que j’ai éprouvées devant ces voix sont encore là, en mémoire. Il est vrai que la musique procure plus souvent une émotion que l’image mais lorsqu’une multitude de voix humaines, toutes avec leur identité, s’unissent pour transmettre une histoire, c’est un bouleversement. Assise au premier rang pour la première partie du concert dimanche soir, je percevais la voix de chacun des artistes, chanteurs comme violoncellistes, en me concentrant sur leur visage. Je pense d’ailleurs que c’est ce qui m’a permis de tenir tout au long du Stabat Mater, à l’origine chant de souffrance de Marie lors de la crucifixion de Jésus. Ce concentré d’émotion peut s’avérer difficile à supporter. Dans l’auditoire, une violoniste de 18 ans m’a d’ailleurs fait part de sa sensation désagréable à l’écoute de cette œuvre. Un chant long et dérangeant qui fut présenté par son compositeur en personne, Piotr Moss. Sa voix était tremblante d’émotion peut-être à la vue de l’église remplie mais sûrement aussi car il connaissait son œuvre et l’effet qu’elle aurait sur nous.

Anaïck Morel, Mezzo solo et Bernard Tétu à la direction

Anaïck Morel, Mezzo solo et Bernard Tétu à la direction

Certains artistes ont un pouvoir tel qu’il peut effrayer et ils le savent. Je me trompe peut-être mais j’ai eu la sensation que Piotr Moss était un de ceux-ci, essayant de raconter les étapes de cette composition sans vraiment trouver le mot juste et en cherchant toujours la clé de voûte conférant à son œuvre cette puissance si particulière. Je cru entendre aussi, sorti de la bouche de mon voisin de banc, prêtre de la paroisse, un soupir de soulagement quand notre invité d’honneur Piotr Moss annonça qu’un Magnificat clôturerait la pièce. Ce n’est qu’après bien sûr que j’ai réalisé qu’il s’agissait du cantique que la Vierge Marie chante après l’Annonciation.

Après l’entracte, je me postais dans le fond de l’église, prenant donc de la distance avec les artistes mais pouvant ainsi observer le public. L’église était remplie mais malheureusement et malgré les tarifs attractifs proposés aux étudiants (8 euros par concert, est-ce cher ?), je ne comptais que trois à quatre adolescents et quelques enfants pour de nombreux jeunes retraités. Pour ma camarade trouvée là, les jeunes ne s’intéressent pas trop à la musique classique. Pour moi, le préjugé commence ici, dans le terme même de classique. N’avons-nous pas aujourd’hui une musique populaire intégrant du « classique » ? En tous les cas, ce que j’ai entendu dimanche soir n’avait rien de classique. Enfin, on parle ici de musique mais surtout de chant et donc de spectacle vivant. Tout autour d’ailleurs l’environnement répondait et dès la nuit tombée les flammes des bougies rouges installées le long des murs dansaient avec le vent. Peu communément, des bourrasques faisaient même claquer la porte qu’il suffit de pousser. Ainsi donc se retournaient les visages des spectateurs. Et la musique elle aussi apparut dans le fond de l’église.

Prochains concerts à aller voir et/ou à suivre sur twitter avec NewsYoung :

 Castelli, demain soir au Théâtre du Casino à Aix-les-Bains

Apéro vocal, vendredi soir dans le cloître du Prieuré au Bourget-du-Lac

Nuit de clôture, dimanche soir au Prieuré du Bourget-du-Lac

Programmation à retrouver sur www.voixduprieure.fr


Étiquettes : , , , ,



Mathilde Thibault




Previous Post

Game of Reviews #6 : Blood of my Blood

Next Post

Interview : la galaxie Douchka





You might also like



3 Comments

on 31 May 2016

Super bien écrit, travail de professionnel, honnêtement j’adore c’est pas pour faire genre ! ^^ +1 à l’auteure 😉

on 7 June 2016

Too bad I missed the concert. The article gave me the shivers. Musically yours, FC



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


More Story

Game of Reviews #6 : Blood of my Blood

L'épisode de la semaine dernière avait marqué l'irruption du voyage dans le temps dans l'univers de Game of Thrones, perspective...

30 May 2016
UA-37872174-1
Tu aimes cet article ?
Tu aimes cet article ?
N'hésite pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux !
Faceboook
Twitter